VIDEO. Attentat déjoué à Paris : pour les jihadistes, l'Europe est "une cible à attaquer en priorité", selon Gilles Kepel

Le spécialiste du monde arabe a estimé, jeudi sur France 2, que l'objectif des islamistes radicaux est de créer une guerre civile en France et en Europe.

FRANCE 2

Au lendemain de l'annonce de l'arrestation d'un homme suspecté d'avoir planifié un attentat à Paris, la France fait de nouveau face à la menace jihadiste. Invité jeudi 23 avril des "4 Vérités" sur France 2, Gilles Kepel, politologue et spécialiste du monde arabe, estime que cette crainte est justifiée, tant la France et "l'Europe en général" sont devenues des cibles prioritaires pour l'islam radical.

>> Suivez toutes les informations liées à l'attentat déjoué à Paris dans notre direct

Pour les jihadistes qui sévissent notamment aujourd'hui dans les rangs du groupe Etat islamique, "l'erreur de Ben Laden est d'avoir visé les Etats-Unis, trop puissants, trop loin, analyse le chercheur. Selon eux, c'est l'Europe qui est le ventre mou de l'Occident, qu'il faut attaquer en priorité, en multipliant ce type d'actions, avec pour objectif de dresser les individus les uns contre les autres."

La volonté d'aboutir à une guerre civile

D'après Gilles Kepel, l'objectif est de "faire qu'un jour, il y ait des réactions contre une mosquée, et que, du coup, dans la vision paranoïaque des radicaux, les musulmans se rangent derrière les plus extrémistes et qu'on aboutisse à une situation de guerre civile".

Mais la France a réagi différemment comme le détaille le politologue : "C'est ça que la grande manifestation du 11 janvier a réussi à mettre de côté, une réaction très digne, unitaire. Une manifestation qui n'allait pas dans cette volonté de guerre civile qui est celle des islamistes radicaux."

Le politologue Gilles Kepel, en mars 2013.
Le politologue Gilles Kepel, en mars 2013. (V.WARTNER / 20 MINUTES / SIPA)