Un attentat déjoué par hasard

France 3 revient sur la radicalisation de Sid Ahmed Ghlam, le jeune Algérien arrêté dimanche 19 avril à Paris qui prévoyait d'attaquer une ou plusieurs églises à Villejuif.

France 3

Sid Ahmed Ghlam était dans le radar des services de renseignements français. Sa radicalisation commence il y a plus d'un an. Sur les réseaux sociaux, le jeune homme manifeste son envie de rejoindre la Syrie et effectue un premier voyage en Turquie en février 2014. Il fait alors l'objet d'une fiche de surveillance de la part de la DGSI. Tout s'accélère après un nouveau séjour en Turquie en février 2015.

Arrivée des secours et arrestation

De retour en France, Sid Ahmed Ghlam échange plusieurs SMS avec une personne qui pourrait être basée en Syrie. C'est cet individu qui aurait commandité l'attaque terroriste imminente. Avant de passer à l'action, le jeune homme se rend plusieurs fois à Aulnay-sous-Bois, en région parisienne. Sur place l'attend une voiture, à l'intérieur de laquelle il récupère tout un arsenal.

Le 19 avril au matin, l'Algérien quitte son appartement étudiant direction Villejuif. Il a reçu des consignes et doit s'en prendre à une église. Mais en chemin il croise la route d'Aurélie Châtelain qu'il tue, après avoir tenté de lui voler sa voiture. Blessé, il prévient les secours. "C'est eux qui permettront aux enquêteurs de découvrir par hasard les projets d'attentats", conclut le journaliste de France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
La résidence universitaire où habitait Sid Ahmed Ghlam, le suspect de l\'attentat déjoué à Paris, photographiée le 22 avril 2015.
La résidence universitaire où habitait Sid Ahmed Ghlam, le suspect de l'attentat déjoué à Paris, photographiée le 22 avril 2015. ( MAXPPP)