"Cinq attentats ont été déjoués depuis janvier" en France, assure Manuel Valls

Invité de France Inter, jeudi, le Premier ministre a ajouté que "nous n'avons jamais eu à faire face à ce type de terrorisme dans notre histoire".

Le Premier ministre, Manuel Valls, lors d\'une conférence de presse, dans la cour de l\'Elysée, à Paris, le 22 avril 2015.
Le Premier ministre, Manuel Valls, lors d'une conférence de presse, dans la cour de l'Elysée, à Paris, le 22 avril 2015. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Le gouvernement ne donne pas plus de précisions. Cinq attentats, dont celui de dimanche à Paris, ont été déjoués depuis les attaques terroristes de janvier, a déclaré Manuel Valls, jeudi 23 avril.

>> Suivez toutes les informations liées à l'attentat déjoué à Paris dans notre direct

Le Premier ministre a profité de son intervention sur France Inter pour défendre son projet de loi sur le renseignement. Depuis janvier, "de nombreux attentats ont déjà été déjoués, cinq, compte tenu de l'attentat qui n'a pas eu lieu, heureusement, à Villejuif (Val-de-Marne)", a-t-il déclaré.

Plus de 1 500 Français impliqués dans les filières terroristes

"La menace n'a jamais été aussi importante, nous n'avons jamais eu à faire face à ce type de terrorisme dans notre histoire, a-t-il soutenu avançant que 1 573 Français ou résidents en France sont recensés pour leur implication dans ces filières terroristes et que 442 se trouvent, sans doute, actuellement en Syrie, 97 y sont morts."

"La plate-forme d'appel permettant aux citoyens de signaler des cas de radicalisation a enregistré déjà plus de 2 600 signalements, 630 ont été jugés très sérieux et examinés par des services spécialisés", a listé le locataire de Matignon.

Au sujet de l'attentat déjoué contre une église dimanche à Villejuif (Val-de-Marne) et des interrogations sur l'arrestation fortuite du suspect, le Premier n'a pas voulu donner plus de précisions. "Laissons l'enquête se dérouler pour mieux comprendre ce qui s'est passé. Je veux saluer d'abord la rapidité avec laquelle les enquêteurs ont remonté la piste terroriste à partir des faits qui n'avaient aucun lien apparent entre eux", a simplement déclaré Manuel Valls.