Attentat déjoué : trois femmes arrêtées in extremis

Un commando jihadiste féminin a été arrêté hier jeudi 8 septembre à Boussy-Saint Antoine (Essonne), à 25 kilomètres au sud de Paris.

France 2

Un commando djihadiste féminin a été arrêté jeudi 8 septembre hier à Boussy-Saint-Antoine, à 25km au sud de Paris : les trois femmes ont été arrêtées à l'issue d'une fusillade. Les autorités sont formelles : un attentat imminent a été déjoué.
Inès Madani, 19 ans, Sarah Hervouet, 23 ans et une femme de 39 ans, s'étaient cachées au domicile de l'une d'elles. La police est intervenue au moment où les trois femmes ont quitté l'appartement. L'une d'elles a été arrêtée, mais Inès Madani a alors sorti un couteau, et s'est attaquée à un policier, qui a tiré en riposte. Blessée, la jeune femme a été évacuée à l'hôpital.

"Des actions imminentes"

Inès Madani est la fille du propriétaire de la voiture abandonnée dimanche dernier, à 200 mètres de Notre-Dame de Paris, avec à son bord, six bonbonnes de gaz et trois bouteilles de carburant. La police a retrouvé sur elle un document d'allégeance à Daech.
La jeune femme a grandi à Tremblay-en-France : un voisin qui habite juste en face, l'a vue se transformer rapidement : "Je l'ai vue arriver ici quand elle avait deux ans. Elle en a 19 aujourd'hui, que s'est-il passé ? Je suis choqué."
Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a qualifié les jeunes femmes de
"radicalisées et fanatisées. Elles préparaient vraisemblablement de nouvelles actions violentes et de surcroît imminentes", a-t-il déclaré.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militaires devant la cathédrale Notre-Dame à Paris, le 27 juillet 2016.
Des militaires devant la cathédrale Notre-Dame à Paris, le 27 juillet 2016. (MAXPPP)