VIDEO. "Nous sommes convaincus que ces atrocités ne se passent jamais chez nous", témoigne le maire de Trèbes

Au lendemain des attaques dans l'Aude, Éric Ménassi, le maire de Trèbes, commune marquée par une prise d'otages meurtrière dans un supermarché, fait part de l'ampleur du choc ressenti par ses administrés.

RADIO FRANCE / FRANCE INFO

Au lendemain des attaques dans l'Aude, Éric Ménassi le maire de Trèbes, où Radouane Lakdim a pris en otages des clients et les personnels d'un supermarché, a expliqué samedi 24 mars, combien les habitants sont choqués. "Ils sont apeurés, ils sont attristés, ils ont du mal à réaliser ce qui s'est passé", a déclaré l'élu de cette commune d'un peu moins de 6 000 habitants.  

>>DIRECT. Suivez l'évolution de l'enquête sur les trois attaques de l'Aude, à Trèbes et à Carcassonne

La mairie de Trèbes va rester ouverte pendant tout ce week-end, a précisé l'élu. Une cellule psychologique accueille celles et ceux qui ont besoin d'écoute, besoin de parler. 150 personnes s'y sont déjà rendues. L'accompagnement est ouvert à tous, les victimes, les proches, mais aussi ceux qui ont suivi de plus loin les informations tragiques concernant leur commune, qu'ils n'imaginaient pas être touchée par des actes terroristes. 

"Un drame, une horreur absolue"

"Les personnes qui viennent, viennent rechercher un peu de réconfort, viennent chercher de la chaleur humaine", a rapporté Eric Ménassi expliquant que "tous ont vu la mort dans les yeux" et que "ces moments ont été terribles pour eux." "Nous avons vécu un drame, une horreur absolue hier après midi", a encore expliqué l'élu.

"Nous vivons dans une petite bourgade et nous sommes tous convaincus que ces atrocités ne se passent jamais chez nous. On est tous convaincus que c'est chez le voisin et hier nous avons pu mesurer combien le fanatisme peut toucher aussi n'importe qui, a déclaré le maire de Trèbes. Les personnes qui viennent à la mairie ont besoin d'extérioriser tout ça et nous nous devons de les accompagner", a souligné Éric Ménassi.

"Évitons tous les amalgames"

"Si j'ai un seul message à donner aujourd'hui à ma population, c'est ne nous laissons pas gagner par l'émotion qui est immense, a plaidé le maire de Trèbes. Cette émotion doit nous permettre de nous rassembler et d'avoir une cohésion encore plus forte. Evitons tous les amalgames."

Éric Ménassi a également tenu à saluer le travail des forces de l'ordre. "On a appris ce matin la disparition de l'officier de gendarmerie, nous sommes tous sous le choc", a affirmé l'élu. "J'étais depuis hier aux côtés des forces de l'ordre pendant toutes les opérations et je peux vous affirmer que ce sont des hommes exceptionnels qui ont risqué leur vie pour en sauver d'autres", a affirmé le maire ajoutant qu'il souhaitait "au nom de la municipalité et de tous les Trébéens, présenter [ses] plus grandes condoléances à la famille de cet officier".

Le maire de Trèbes (Aude), Eric Ménassi, le 24 mars 2018.
Le maire de Trèbes (Aude), Eric Ménassi, le 24 mars 2018. (JEAN-MARIE PORCHER / RADIO FRANCE)