Attaques terroristes dans l'Aude : qui sont les quatre personnes tuées ?

Le terroriste qui a attaqué un automobiliste à Carcassonne puis un supermarché à Trèbes, vendredi, a tué quatre personnes et en a blessé quinze.

La gendarmerie de Carcassonne (Aude), devant laquelle des habitants ont déposé des fleurs, samedi 24 mars, en hommage au lieutenant-colonel Beltrame.
La gendarmerie de Carcassonne (Aude), devant laquelle des habitants ont déposé des fleurs, samedi 24 mars, en hommage au lieutenant-colonel Beltrame. (PASCAL PAVANI / AFP)

La trajectoire macabre du terroriste Radouane Lakdim a fait quatre morts, dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui a succombé à ses blessures samedi matin. L'attaque du vendredi 23 mars a également fait quinze blessés, dont l'un est dans un état grave. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait des victimes.

Jean Mazières, le passager de la voiture volée 

A 10h15, le tireur braque un automobiliste à Carcassonne pour lui voler sa voiture. Il ouvre le feu, blesse grièvement le conducteur, de nationalité portugaise et tue le passager. Ce viticulteur sexagénaire à la retraite habitait Villedubert, un village de l'Aude à cinq kilomètres de Trèbes. Sa famille était l'une des plus anciennes du village, présente depuis quatre générations. Jean Mazières avait un fils et était très impliqué dans la vie de la commune, dans beaucoup d'associations et notamment le comité des fêtes, explique Marc Rofes, le maire de Villedubert. "On a perdu quelqu'un apprécié de tous. Ce n'est vraiment pas de chance, il était au mauvais endroit au mauvais moment, c'est un destin tragique" a-t-il ajouté. 

Radouane Lakdim a ensuite tiré sur des CRS qui rentraient de leur footing, blessant l'un d'entre eux, avenue du Général-Leclerc à Carcassonne. Il s'est ensuite rendu au Super U de Trèbes, à 8 kilomètres de là. 

Christian Medves, le chef boucher du magasin 

Christian Medves, le manager de la boucherie du Super U, a été tué par le terroriste qui venait à peine d'entrer dans le magasin en hurlant "Allah akbar !" Habitant de Trèbes, cet homme de 50 ans, marié et père de deux enfants, était, selon sa collègue Elodie contactée par franceinfo, "un homme bien, droit, hyper professionnel" qui avait "toujours le sourire" et était "apprécié de ses collègues et de ses clients"

Lors de mon premier jour, il m'a tout de suite mise à l'aise et m'a expliqué le fonctionnement du magasin. Il appréciait particulièrement les gâteaux que je faisais pour le petit déj'. Toujours l'œil taquin, il égayait votre journée !Elodie, une collègue de Christian Medves

"Il était très serviable, raconte une ancienne collègue à franceinfo. Il avait dû m'emmener en formation car ma voiture était en panne juste devant le Super U et du coup, c'est lui que j'ai appelé et qui est venu me récupérer." Dans Le Parisien, Olivier, l'un de ses amis, décrit un homme très jovial, fier de ses origines italiennes : "Un hyper bon vivant, extrêmement attaché à sa famille et à ses amis. Pour les filles, leur papa était leur idole. Christian, c’était l’Italien, on ne peut mieux le résumer."

Hervé Sosna, le client retraité 

Ce maçon à la retraite de 65 ans a lui aussi été tué dans les premiers instants de la prise d'otages dans le supermarché puisqu'il a été abattu par le tireur au même moment que Christian Medves. Hervé Sosna habitait Trèbes, il "avait de grandes capacités intellectuelles, lisait énormément, surtout des poèmes. Mais comme il n'avait jamais voulu quitter Trèbes, il s'était lancé dans le bâtiment" a témoigné son demi-frère, William Durand, qui voyait son frère "tous les jours"

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame

La dernière victime de l'assaillant est Arnaud Beltrame, le gendarme qui s'est substitué à une otage. Grièvement blessé par balles, ce lieutenant-colonel de 45 ans a succombé à ses blessures dans la nuit de vendredi à samedi. Emmanuel Macron lui a rendu hommage en déclarant qu'il était "tombé en héros" et qu'il mérite "respect et admiration de la nation tout entière"

Originaire du Morbihan, Arnaud Beltrame "avait été commandant de compagnie au sein de la Garde républicaine et avait assuré la sécurité du palais de l’Elysée pendant quatre ans", écrit Le Monde. Il avait ensuite pris en 2010 le commandement de la compagnie de gendarmerie du Sud-Manche, à Avranches, avant de "devenir conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l’Ecologie. Il a accédé au rang de lieutenant-colonel en 2016." 

Nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l'Aude en 2017, il avait participé en décembre dernier à un exercice simulant une tuerie de masse dans un supermarché de la région. 

Sur RTL, la mère d'Arnaud Beltrame assure que personne n'a été surpris de son acte de bravoure : "C'est sa raison de vivre, défendre la patrie." Les hommages pleuvent pour saluer celui qui "a donné sa vie pour quelqu'un d'autre, pour un inconnu, même pas pour quelqu'un de sa famille", a souligné son frère, Cédric Beltrame, sur RTL. "Il savait certainement qu'il n'avait pratiquement aucune chance", a-t-il ajouté, jugeant le terme "héros" "parfaitement approprié".