VIDEO. "Les émotions que j'exprime dans mes chansons ne sont pas celles de la police" : rencontre avec Pierre Le Coz, policier le jour et chanteur la nuit

Gradé de la police judiciaire parisienne, Pierre Le Coz sort un album, tout en gardant son métier de commissaire bien chevillé au corps. Rencontre avec un flic pas comme les autres.

Des policiers écrivains, scénaristes, sportifs de haut niveau, on en comptait déjà quelques-uns, mais un commissaire chanteur qui sort un album ambitieux, et même un clip vidéo, cela ne court pas les rues. Pour Pierre Le Coz, qui vient de sortir vendredi 22 novembre un album autoproduitla musique n'est pas un hobby, c'est sa vie, son carburant pour partager ses joies, ses peines, ses amours, sa vision de la société aussi, de la banlieue, où il a fait ses classes comme jeune policier, avant de gravir les échelons à vitesse grand V.

Chanteur et policier, un tandem que ce gradé de la police judiciaire parisienne assume très bien. "Dans le métier de policier, il n'y a pas de place pour l'émotion. Comme dans beaucoup de métiers d'ailleurs. On est des professionnels, et c'est d'abord la règle, la loi, le code de procédure pénale, le code de déontologie... Les émotions n'existent pas, confie-t-il à franceinfo. Dans la musique et la chanson, c'est le contraire. C'est justement ce qu'on veut entendre : une émotion, un point de vue, une subjectivité. Je n'ai pas l'impression de concilier les deux, j'ai l'impression d'être les deux. Je suis dans la rue dans mon métier de policier, et je vois aussi la rue de ma fenêtre quand je suis chanteur."

La joie, l'amour ou les émotions que j'exprime dans mes chansons ne sont pas celles de la police, mais celles de Pierre Le Coz, qui se trouve être policier.

Pierre Le Coz

à franceinfo

Après un premier album auto-produit il y a quatre ans, cet ancien de la brigade criminelle, de l'Antigang, celui qui a coordonné les équipes criminelles après l’attentat de Charlie Hebdo ou encore géré l’audition des survivants du Bataclan, récidive donc aujourd'hui avec un album mené avec son frère Yves, en parallèle de sa carrière dans la police judiciaire.

Avec cet album et son groupe 22H22, Pierre Le Coz ambitionne de percer dans le monde de la musique et de la scène. Mais il n’envisage pas pour autant de quitter son métier de policier, sa passion. "Je suis fier de faire ce métierÊtre commissaire de police, ce n'est pas rien. Je ne suis pas rentré parce qu'il y avait de la lumière, j'ai insisté pour rentrer, ça n'a pas été facile, raconte-t-il. Je fais ce métier-là et je suis musicien, chanteur. Ca doit sûrement se nourrir l'un de l'autre, mais je ne sais pas à quel niveau, ni par quel truchement. Et Ce mystère-là me convient très bien."

Rencontre avec Pierre Le Coz, policier le jour et chanteur la nuit - Le reportage de Stéphane Pair
--'--
--'--

Pierre Le Coz, policier le jour et chanteur la nuit.
Pierre Le Coz, policier le jour et chanteur la nuit. (CYRIL BALTA / RADIOFRANCE)