Cet article date de plus de six ans.

Vidéo 13h15. Chloé, rescapée : "On a eu très peur que les terroristes rentrent dans le restaurant"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Chloé, rescapée de l'attentat du Petit Cambodge : "Je crois que je vais vivre différemment"
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Jeune maman, Chloé était dans le restaurant vendredi soir, lorsqu'il a été ciblé par les terroristes. Elle raconte l'attaque.

Elle était sortie dîner avec un ami. Chloé était attablée au Petit Cambodge, vendredi 13 novembre, quand Le Petit Cambodge, un restaurant du 11e arrondissement, a été pris pour cible par les terroristes. "J'étais face à la vitre et j'ai commencé à entendre comme un feu d'artifice ou des pétards, se souvient-elle. Là, on s'est tous levés et j'ai senti une main sur mon épaule qui m'a dit avec une petite pression 'tu t'allonges'. On s'est tous allongés et c'est là qu'on a entendu les vitres se casser."

"J'ai pas vraiment réalisé que c'était des balles, poursuit la jeune femme. Les gens ont commencé à crier, ça continuait à tirer. On s'est mis tous en position fœtale. C'est tout petit, ce resto, on était tous un peu imbriqués les uns dans les autres."

C'est là où j'ai réalisé. Il y a commencé à avoir du sang, des cris et là il y avait une dame à côté de moi qui ne bougeait plus du tout donc j'ai rapidement compris qu'elle était morte.

Chloé, rescapée de l'attentat au Petit Cambodge

France 2

"Je pense que je vais vivre différemment"

"J'ai un ami proche qui était touchée à l'épaule, raconte Chloé. Je l'ai vu, j'ai essayé de me retourner sans me lever. J'avais toujours peur parce que la porte était ouverte. On a eu très peur qu'ils rentrent dans le restaurant. J'ai réussi à décrocher mon sac du porte-manteau qui était juste derrière moi, à prendre mon téléphone, et j'ai appelé les pompiers en disant qu'il fallait qu'ils viennent tout de suite. Ils m'ont dit 'on sait on arrive'."

Chloé a le sentiment aujourd'hui d'avoir eu "de la chance", "par rapport à ceux qui n'en sont pas sortis. [...] J'ai une fille, j'ai ma famille, explique-t-elle. Je me dis que c'était pas mon moment." Rescapée de l'attentat, la jeune femme pense qu'elle va désormais "vivre différemment".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.