Procès des attentats du 13-Novembre : la justification de Salah Abdeslam est "bidon" et donne "la nausée", estime un avocat des parties civiles

Jean Reinhart concède toutefois tirer "satisfaction" du fait que l'accusé "reconnaît sa responsabilité" dans les attentats pour la première fois.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean Reinhart, avocat de 114 parties civiles lors du procès des attentats du 13 novembre 2015, le 8 septembre 2021 au palais de justice de Paris. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

L'explication des attentats du 13-Novembre donnée par Salah Abdeslam pendant le procès ce mercredi est "bidon" et donne "la nausée", a commenté l'avocat de l'association 13onze15 Fraternité-Vérité et de 114 parties civiles Maître Jean Reinhart sur franceinfo. Il a lui-même perdu son neveu pendant l'attaque du Bataclan.

"Il [Salah Abdeslam] cherche une explication qui est bidon. C'est de la nausée que nous avons en entendant de tels propos, confie l'avocat, mais, peu importe, le processus de parole est en route et donc un processus éventuellement d'apparition d'une certaine vérité."

"Il a enfin reconnu sa responsabilité, c'est une première"

Jean Reinhart

à franceinfo

Néanmoins, le conseil retire une "satisfaction" de cette audience car le principal suspect "reconnaît ses responsabilités" en disant que l'État islamique voulait cibler la France en représailles de l'intervention française en Syrie et en Irak.

"Il s'est exprimé très calmement, avec beaucoup de clarté et il a enfin reconnu sa responsabilité, c'est une première", observe l'avocat. "On est assez habitués maintenant aux procès terroristes et les accusés sont beaucoup à dénier leurs responsabilités. Là, Salah Abdeslam a reconnu qu'il voulait frapper la France. On aurait aimé bondir sur le micro et lui poser 152 questions."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Victimes des attentats à Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.