Attentats du 13-Novembre : quelle vie professionnelle pour les rescapés ?

Trois ans, jour pour jour, après les attentats du 13-Novembre, France 2 a recueilli le témoignage de rescapés sur leur vie professionnelle après le drame.

FRANCE 2

Trois ans après, pour les rescapés des attentats du 13-Novembre la reconstruction se poursuit. Mais qu'en est-il de la vie professionnelle ? Aujourd'hui, Édith Seurat peut tout juste passer devant la salle de concert du Bataclan (Paris). "Je ne rentrerais pas dedans. C'est un cimetière", estime-t-elle. Physiquement, elle est sortie indemne du Bataclan, mais comme pour de nombreuses victimes du 13-Novembre, les attentats ont bouleversé sa vie.

"Déclarée inapte"

Elle était directrice marketing et avait une vie de famille tout à fait classique. Avec les attentats, "tout s’est cassé en petits morceaux", explique-t-elle. Édith Seurat reprend le travail au bout de quelques mois, en mi-temps thérapeutique. Mais un nouvel attentat, une attaque au couteau survenue en mai dernier dans le quartier où elle travaillait, la replonge dans l'horreur. Son médecin l'arrête de nouveau. C'est une rupture. "J'ai été déclarée inapte. Inapte. C'est un constat d'échec", explique-t-elle. Il y a quelques semaines, elle s'est installée avec sa famille en Bretagne. Son objectif désormais ? Retrouver la sérénité qui lui permettra d'envisager un nouveau départ professionnel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des fleurs déposées devant le Bataclan à Paris, le 13 novembre 2016. 
Des fleurs déposées devant le Bataclan à Paris, le 13 novembre 2016.  (CHRISTOPHE HEROU / CROWDSPARK / AFP)