Sting ramène de la vie et célèbre la musique pour la réouverture du Bataclan

Un an après les attentats du 13-Novembre qui a fait 90 morts, le Bataclan rouvrait ses portes samedi 12 novembre pour un concert de Sting sous haute sécurité. 

Sting et son équipe à la fin du concert, au Bataclan, le 12 novembre 2016
Sting et son équipe à la fin du concert, au Bataclan, le 12 novembre 2016 (RADIO FRANCE / JULES DE KISS)

Quelques fleurs et mots sont accrochés aux grilles du square, en guise de petit mémorial pour les victimes. Redonner de la vie au Bataclan. Un an après les attentats du 13-Novembre qui ont fait 90 morts, la salle parisienne a rouvert ses portes avec un concert de Sting, samedi 12 novembre. 

Avec un important dispositif de sécurité, le chanteur britannique a donné un concert d'une heure, devant environ 1 500 spectateurs, dont un tiers composé de victimes des attentats ou de leur famille. Sting n'a pas souhaité être rémunéré pour cette prestation. Les bénéfices de la soirée seront reversés à deux associations de victimes : Life for Paris et 13onze15 Fraternité Vérité

Quelques heures avant le début du concert, une autre salle mythique de Paris adresse un message à l'attention du Bataclan.

Peu avant 19 heures, les premiers spectateurs se rapprochent pour faire leur entrée au Bataclan. Les médias arrivent du monde entier. Plusieurs personnalités ont également fait le déplacement.

Vers 20 heures, la musique résonne de nouveau dans l'enceinte du Bataclan. La salle est bondée. Les personnes se rendent au bar pour boire et célébrer la réouverture.

"Célébrer la vie et la musique"

Peu après 21 heures, Sting fait son apparition sur la scène du Bataclan. En français, le Britannique demande une minute de silence au public. "Ce soir, nous avons deux tâches, commence l'artiste anglais. D'abord, se souvenir et honorer ceux qui ont perdu la vie dans l'attaque, il y un an. Ensuite, célébrer la vie et la musique." Juste avant la minute de silence, il lâche : "Nous ne les oublierons pas". 

Après une poignante minute de slience, Sting entonne Fragile en compagnie du trompettiste Ibrahim Maalouf, puis Message in a bottle

L'un des moments forts de la soirée est l'interprétation d'un morceau de son dernier album, sorti vendredi 11 novembre, et intitulé Inshallah, une nouvelle fois accompagnée par Ibrahim Maalouf. Un morceau sur le sort des migrants en Méditerranée.

Après plus d'une heure de concert, Sting termine par The Empty Chair en hommage au journaliste américain James Foley, tué à Raqqa (Syrie) par le groupe État islamique en août 2014. Il dédie également le morceau à toutes les victimes du Bataclan.

Sting et son équipe quittent la scène sous les applaudissements du public. Le Britannique aura rempli ses deux tâches : il a d'abord honoré la mémoire des victimes, mais aussi célébré et redonné vie au Bataclan.