Salah Abdeslam a téléphoné à un prisonnier en Belgique le soir des attentats de Paris

Le suspect clé des attaques terroristes, toujours en fuite, a téléphoné à un jeune détenu de la prison belge de Namur qu'il connaissait, le soir même des attentats.

Photo non datée, diffusée par la police française, de Salah Abdeslam, suspecté d\'avoir participé aux attentats de Paris du 13 novembre 2015.
Photo non datée, diffusée par la police française, de Salah Abdeslam, suspecté d'avoir participé aux attentats de Paris du 13 novembre 2015. (AP / SIPA)

Près d'un mois après les attentats du 13 novembre à Paris, Salah Abdeslam reste introuvable. Mais l'enquête sur ce suspect clé, considéré comme l'un des principaux acteurs des attaques terroristes, progresse. Selon les informations de la RTBF, confirmées par Le Soir, le jihadiste présumé de 26 ans a téléphoné à un détenu de la prison belge de Namur, le soir même des attentats.

Un jeune délinquant de Molenbeek

Les enquêteurs sont parvenus à retracer les appels téléphoniques qu'il a passés juste après les attaques. Et en suivant le chemin dessiné par les bornes activées par son téléphone, ils sont arrivés à ce prisonnier. Le jeune homme est incarcéré pour un délit de droit commun. Mais il est originaire de Molenbeek-Saint-Jean, cette commune de l'agglomération bruxelloise baptisée le Belgistan où vivait les frères Abdeslam. Contrairement à eux, il n'apparaît pas dans la liste des habitants radicalisés de cette ville belge. Mais il a tout de même été entendu par les enquêteurs.

Ces derniers ont aussi découvert que Salah Abdeslam avait des liens plus anciens avec ce détenu. Il lui a en effet rendu visite à deux reprises. Sa dernière venue en prison datait de début octobre, un mois seulement avant les attentats de Paris. Salah Abdeslam lui est toujours traqué, sous le coup d'un mandat d'arrêt international.