Procès des attentats du 13-Novembre : les différents visages de Salah Abdeslam, interrogé pour la première fois mardi 2 novembre

Publié
Procès des attentats du 13-Novembre : les différents visages de Salah Abdeslam, interrogé pour la première fois mardi 2 novembre
Article rédigé par
E.Pelletier, S.Pichavant, R.Gardeux, J-M.Noël, L.Dulois - France 2
France Télévisions

Le procès des attentats du 13-Novembre se poursuit, à la cour d'assises spéciale de Paris. Salah Abdeslam, le seul membre du commando encore en vie, sera interrogé à la barre en début d'après-midi, mardi 2 novembre.

Chaque jour, Salah Abdeslam, 32 ans, arrive et repart de son procès dans une voiture blindée, escorté par le GIGN. C'est le seul assaillant du 13 novembre 2015 à être encore en vie. Le président de la cour d'assises a prévu de lui donner la parole en premier, mardi 2 novembre. Mutique lors de l'instruction, mais volubile dans le box, Salah Abdeslam se définissait comme une djihadiste au premier jour du procès, le 8 septembre. "J'ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l'État islamique", déclarait-il alors.

"Il n'a aucun cœur"

Depuis, les rescapés des attaques ont livré devant les accuses des récits bouleversants, et plusieurs proches de victimes ont interpellé directement Salah Abdeslam. "Je lui ai dit que son Islam n'était pas le mien. Il y a un verset du Coran qui dit que Dieu est beau, et qu'il aime tout ce qui est beau", confie Hemana Sahbi, un père de famille algérien qui a perdu son fils. "Il n'a pas de dignité, il n'a pas de respect, il n'a aucun cœur", a déclaré de son côté un jeune homme, après son témoignage à la barre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.