Les utilisateurs de Coyote et Waze invités à ne pas signaler les contrôles policiers durant la traque des terroristes

L'entreprise Coyote prévient qu'elle "fera le nécessaire pour permettre à la police de faire son travail si jamais se révélait indispensable".

Un internaute a lancé un appel aux utilisateurs de Coyote, Waze ou d\'applications similaires, pour qu\'ils ne signalent pas les contrôles de police, après les attentats du 13 novembre 2015.
Un internaute a lancé un appel aux utilisateurs de Coyote, Waze ou d'applications similaires, pour qu'ils ne signalent pas les contrôles de police, après les attentats du 13 novembre 2015. (MAXPPP)

Rédigé dans la foulée des attentats, le message a été partagé plus de 160 000 fois sur Facebook. "Aux utilisateurs de Waze, Coyote et autres applications, a écrit Emmanuel Fiandino sur le réseau social, vendredi 13 novembre. Afin de permettre l'arrestation de terroristes et de contrôler les véhicules pouvant contenir des armes, merci de ne pas signaler les contrôles de police et de la douane. Faites tourner."

Aux utilisateurs de Waze France, Coyote France et autres applications. Afin de permettre l'arrestation de terroristes et...

Posted by Emmanuel Fiandino on Friday, November 13, 2015

Officiellement, Coyote, "assistant à la conduite communautaire" permet à ses utilisateurs de signaler des "zones à risque". Son concurrent, Waze, ne cache pas l'étendue de son potentiel et propose noir sur blanc d'être "alerté en approchant d'un contrôle de police". De quoi compliquer le travail des forces de l'ordre durant la traque d'un terroriste présumé, comme c'est le cas actuellement dans le cas de Salah Abdeslam ?

Coyote suspendra son service, si nécessaire

La société Coyote – française – a semble-t-il pris la mesure du problème. Elle a commenté le message d'Emmanuel Fiandino et indiqué que "face à la gravité des événements", elle "n'hésitera pas à suspendre son service pour des raisons de sécurité nationale si nécessaire". "Coyote fera le nécessaire pour permettre à la police de faire son travail si jamais cela se révélait indispensable", poursuit l'entreprise sur sa propre page, en réponse à un internaute.

Sollicité par francetv info, Waze, dont le siège est situé aux Etats-Unis, n'a pour l'heure pas répondu à nos questions. Au contraire de son concurrent, l'entreprise n'a publié aucun message relatif aux attentats. En 2014, le patron de la police de Los Angeles avait accusé le service de mettre en danger la vie des policiers, rappelle Metronews. En guise de réponse, Waze avait indiqué "travailler avec la police de New York et d'autres polices dans le pays et dans le monde".