La France veut frapper encore plus fort en Syrie

Après les attaques subies à Paris, la France n'entend pas faiblir face au groupe État islamique en Syrie.

FRANCE 3

Une réunion internationale s'est tenue à Vienne, en Autriche, ce samedi 14 novembre. Il devait être question de l'avenir de la Syrie; il a finalement surtout été question des attentats qui ont ensanglanté Paris la veille. Des terroristes liés au groupe État islamique ont mis à feu et à sang la capitale.

Ces attentats ont permis de rappeler la priorité à Vienne : la lutte contre le terrorisme islamiste. "Il est plus que jamais nécessaire, dans les circonstances que nous connaissons, de coordonner la lutte internationale contre le terrorisme. L'un des objets de la réunion d'aujourd'hui est de voir concrètement comment nous pouvons accentuer encore la coordination internationale dans la lutte contre Daech", a déclaré à France 3 Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères français.

"Légitime défense"

Depuis le 27 septembre, l'armée française mène des frappes aériennes en Syrie contre des camps jihadistes. "Nous voulions marquer comme attention : protéger notre territoire, prévenir des actions terroristes, agir en légitime défense", expliquait alors François Hollande. Jusqu'alors, l'aviation française n'agissait qu'en Irak. Ce changement a été décidé au nom de la légitime défense collective : en janvier dernier, le terroriste Amedy Coulibaly s'était revendiqué de l'EI. En Irak et en Syrie, l'organisation étend son influence. Elle attire aussi de nombreux jihadistes étrangers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 23 avril 2015 à Brdo (Slovénie).
Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le 23 avril 2015 à Brdo (Slovénie). (JURE MAKOVEC / AFP)