Cet article date de plus de cinq ans.

Hommage aux victimes : "La Marseillaise" retentira bien avant le match Bastia-Ajaccio

Le club corse a annoncé que l'hymne français serait bien entonné avant le match, après qu'une polémique ait éclaté à ce sujet vendredi soir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des supporters du Sporting Club de Bastia, le 19 septembre 2015 lors du match contre Nice, au stade Armand Cesari à Bastia (Haute-Corse). (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Le club de football de Bastia a annoncé samedi 21 novembre que La Marseillaise retentirait bien au stade de Furiani en hommage aux victimes des attentats de Paris, lors du derby contre le Gazélec Ajaccio. Le match prévu samedi soir a été reporté à dimanche 14 heures à cause de la météo.

Une polémique a éclaté vendredi au sujet de l'interprétation de La Marseillaise. En cause, un communiqué du Sporting qui n'évoquait pas la diffusion de l'hymne national dans le programme de l'avant-match. Pourtant le président de la Ligue professionnelle Frédéric Thiriez a exigé l'interprétation de l'hymne avant tous les matches de championnat du week-end.

La diffusion de ce programme a été interprété comme un refus du club d'interpréter La Marseillaise, au risque que Furiani se retrouve comme le seul stade de France où l'hymne ne retentirait pas, alors qu'il sera joué dans les enceintes en Espagne ou en Italie.

"Un spectacle commun, sans identité" pour des supporters 

"Nous appelons nos supporters à respecter l’ensemble de l’hommage dédié aux 130 victimes des attentats, annonce le club dans son communiqué de samedi. N’oublions pas que nous avons perdu dans cette barbarie trois enfants de notre terre. Dans l’union et le respect nous tâcherons de faire de cette soirée le plus émouvant des hommages."

Pas sûr que les supporters bastiais entendent tous cet appel à chanter l'hymne national. Sur Facebook, les ultras de Bastia 1905, principal groupe de supporter du SCB, considèrait vendredi soir le fait de chanter La Marseillaise comme "un spectacle commun, sans identité, sans émotion, sans âme". Ils y exposaient leur intention d'entonner à la place l'hymne corse : "Nous adresserons nos pensées, et nos prières à travers ce 'Diu' à toutes les victimes, sans frontières, sans nations."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.