Scolarité obligatoire de 3 à 18 ans: "Régulariser une situation déjà existante est un symbole fort"

Michel Richard, secrétaire général adjoint du syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale, est l'invité du Grand Soir 3 ce mercredi 21 septembre.

France 3

Les chefs d'établissements scolaires ont manifesté ce mercredi 21 septembre. "Il y a une multiplication de directives, d'injonctions le plus souvent contradictoires qui nous mettent au quotidien dans des situations très difficiles", explique dans le Grand Soir ce mercredi Michel Richard, secrétaire général adjoint du syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale.

Et de citer en exemple "les zones spécifiques pendant l'état d'urgence : soit on interdit aux élèves de fumer dans les écoles et on permet le regroupement d'élèves sur les trottoirs qui les expose aux risques terroristes, soit on les met en sécurité, mais on se met dans l'illégalité en les laissant fumer à l'intérieur. On demande donc aux parlementaires de faire une proposition de loi pour modifier la loi".

"Forte valeur symbolique"

Rendre obligatoire l'école de 3 à 18 ans, cette annonce de la ministre de l'Éducation nationale "n'a pas particulièrement surpris" Michel Richard "car la scolarisation de 3 à 18 ans est déjà une réalité pour la quasi-totalité des élèves. Aujourd'hui, l'adaptation de notre système éducatif à la réalité de la scolarité des élèves, ça veut dire que l'on va régulariser et traduire de manière légale une situation déjà existante. C'est un symbole fort".