DIRECT. Révision constitutionnelle : les députés se penchent sur l'état d'urgence

Près de 70 amendements ont été déposés sur le seul article 1, qui concerne l'état d'urgence. Les débats devraient se poursuivre jusque tard dans la nuit.

Manuel Valls à l\'Assemblée nationale lors de la présentation du projet de réforme constitutionnelle, le 5 février 2016. 
Manuel Valls à l'Assemblée nationale lors de la présentation du projet de réforme constitutionnelle, le 5 février 2016.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)
avatar
Ilan CaroFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Ils entrent dans le vif du sujet. Après une première journée consacrée à la discussion générale sur le projet de réforme constitutionnelle voulu par François Hollande après les attentats de novembre, les députés se penchent, lundi 8 février, sur l'article 1 de ce projet, qui prévoit l'inscription dans la Constitution de l'état d'urgence.

Des débats très longs. Près de 70 amendements ont été déposés sur ce seul article 1. Les débats, qui commencent à 16 heures à l'Assemblée nationale, devraient se poursuivre jusque tard dans la nuit.

L'article 1 bien parti pour être adopté. Sauf surprise, l'article 1 devrait être adopté sans trop de mal par les députés. En revanche, le vote est plus incertain pour l'article 2, qui concerne la déchéance de nationalité, et qui sera examiné mardi.

Des doutes à gauche comme à droite. Malgré les concessions du gouvernement, un certain nombre de députés de la majorité rechignent à voter cette révision constitutionnelle. A droite, l'hostilité au projet ne cesse de croître, sous l'impulsion notamment de Nathalie Kosciusko-Morizet et de François Fillon.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CONSTITUTION

00h00 : A quoi bon qu'on aille voter si 441 députés ne se déplacent même pas pour voter pour/contre un article modifiant notre CONSTITUTION !! C'est une honte absolue !

23h59 : Sur Twitter, un journaliste donne des éléments de réponse à votre question @Sabine et liste le nombre de députés absentéistes selon le parti. Le site de l'Assemblée nationale détaille, lui, le nom des élus présents lors du vote.

23h56 : Il y a moyen de savoir quels députés ne se sont pas donné la peine de se déplacer malgré l'importance de cette question ?

23h56 : Rappelez-nous : l'Assemblée Nationale est censée être occupée par combien de députés... Un peu plus de 500, non ?

23h55 : L'absentéisme des députés lors de ce débat sur le projet de réforme constitutionnelle continue d'en agacer plus d'un par ici. Voici une nouvelle sélection de vos commentaires.

23h07 : Difficile à dire @anonyme, car on ne sait même pas encore si le texte sera voté à l'Assemblée, mercredi. L'hypothèse la plus probable est que le Sénat vote le texte, mais dans des termes différents de ceux de l'Assemblée nationale. Le texte reviendra alors au Palais Bourbon, la navette entre les deux hémicycles se poursuivant jusqu'à l'adoption d'un texte identique.

23h07 : Le texte passera-t-il au Sénat ?

23h03 : Bonsoir @Armen ! Après l'adoption de l'article 1, le débat va se poursuivre encore ce soir et demain sur l'article 2, qui concerne la déchéance de nationalité. Le vote solennel est prévu mercredi. Ensuite, le projet sera transmis au Sénat, qui l'examinera en mars.

23h03 : Le débat est prévu jusqu'à quand ?

22h50 : Comment se fait-il qu'il n'y ait que 129 votes pour quelque chose d'aussi fondamental qu'une réforme constitutionnelle ? C'est proprement scandaleux un tel mépris des institutions et des électeurs !

22h50 : Dans les commentaires, l'un de vous s'étonne du peu de députés présents ce soir lors du débat de la réforme constitutionnelle.

22h23 : Les députés adoptent l'article 1 de la réforme constitutionnelle, qui inscrit l'état d'urgence dans la Constitution.

22h10 : Dans l'hémicycle, Bernard Cazeneuve a défendu le recours à l'état d'urgence en faisant son mea culpa sur certaines "perquisitions inappropriées". Le ministre de l'Intérieur a notamment évoqué celle menée contre des maraîchers bio en Dordogne.




21h51 : On retourne dans l'hémicycle où notre journaliste Ilan Caro continue de suivre les débats sur le projet de réforme constitutionnelle. Et oui, il tient le coup !

21h10 : On entame la deuxième semaine de débats sur la révision constitutionnelle. Cet après-midi, Cécile Duflot et le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, se sont écharpés.




19h57 : Les députés viennent de voter un amendement socialiste interdisant la dissolution de l'Assemblée nationale durant l'état d'urgence. On grogne du côté des Républicains, rapportent notre journaliste.

19h42 : Retour à l'Assemblée où notre journaliste suit les débats concernant le projet de réforme constitutionnelle. Les députés parlent du contrôle des mesures de l'état d'urgence.

17h23 : Notre journaliste Ilan Caro est toujours à l'Assemblée nationale, où l'article 1 du projet de réforme constitutionnelle, qui prévoit l'inscription dans la Constitution de l'état d'urgence, est examiné. Près de 70 amendements ont été déposés sur ce seul article 1.

16h26 : C'est reparti à l'Assemblée nationale. Les députés se penchent sur l'article 1 de ce projet, qui prévoit l'inscription dans la Constitution de l'état d'urgence. Notre journaliste Ilan Caro est sur place.