La surveillance de l'eau de Paris renforcée après les attentats

La société publique Eau de Paris prend au sérieux les risques d'attaques chimiques et bactériologiques.

L\'eau coule de l\'un des tuyaux du réservoir souterrain de Montsouris, à Paris, le 9 septembre 2014.
L'eau coule de l'un des tuyaux du réservoir souterrain de Montsouris, à Paris, le 9 septembre 2014. (CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)

Une mesure qui coule de source. La surveillance de l'eau est aussi passée au niveau "état d'urgence". Selon les informations du Parisien, vendredi 20 novembre, la société publique Eau de Paris prend "très au sérieux" les risques d'attaque chimique et bactériologique. L'entreprise, qui coordonne la production, le stockage et la distribution de l'eau potable pour la Ville de Paris et ses quelque trois millions d'habitants, "a augmenté le niveau de protection en passant d'alerte attentat à état d'urgence depuis samedi", précise le quotidien.

Du chlore pour repérer une contamination

L'eau est, par exemple, plus chlorée qu'à l'habitude, car le chlore est un marqueur. Si son niveau baisse, "c'est qu'il y a contamination bactériologique", précise la présidente d'Eau de Paris, Célia Blauel. Et la société est en mesure d'isoler un secteur touché sans interrompre l'ensemble du réseau. La société dispose, en outre, "d'un jour de consommation d'avance", car elle produit quotidiennement le double de ce que les Parisiens consomment.

Enfin, les sites de stockage situés dans la capitale sont surveillés et leur accès est "limité au strict nécessaire". "Des capteurs signalent la moindre intrusion", ajoute Le Parisien.