Cet article date de plus de trois ans.

Après les attaques terroristes dans l'Aude, le sort des fichés S agite la classe politique

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Après les attaques terroristes dans l'Aude, le sort des fichés S agite la classe politique
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Les attentats dans l'Aude relancent le débat sur les mesures à prendre face aux jihadistes. Les Républicains demandent ce lundi 26 mars des sanctions plus dures pour les fichés S, comme le FN.

Laurent Wauquiez (les Républicains) demande ce lundi le retour de l'état d'urgence et réclame aussi la rétention administrative de fichés S "les plus dangereux et l'expulsion de ceux qui ne sont pas Français". Un discours qui rend la différence de plus en plus ténue entre la droite et l'extrême droite sur le sujet.

Renforcer le renseignement

Le traitement des fichés S n'est pas la seule priorité pour la sénatrice UDI de l'Orne Nathalie Goulet. Elle a présidé la commission d'enquête sur les moyens de lutte contre les réseaux jihadistes en France et en Europe. Elle demande davantage de moyens pour le renseignement. Pour la majorité, le débat sur l'état d'urgence n'a pas lieu d'être puisque les principales dispositions ont été pérennisées dans la nouvelle loi antiterroriste. Mais le débat sur son efficacité va resurgir dès mardi à l'Assemblée nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.