Cet article date de plus de cinq ans.

Salah Abdeslam voulait-il attaquer un site nucléaire en Allemagne ?

Des documents concernant le centre allemand de recherches nucléaires de Juliers auraient été découverts dans l'appartement qu'il occupait à Molenbeek.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier belge monte la garde à Bruxelles (Belgique) le 7 avril 2016 (VIRGINIE LEFOUR / BELGA MAG / BELGA / AFP)

La cellule terroriste qui a perpétré les attentats de Paris et de Bruxelles semble bien s'être intéressée de près au nucléaire. Des médias belges avaient déjà révélé qu'un scientifique belge, responsable de Centre de recherche nucléaire de Mol, avait été espionné par les frères El Bakraoui. Jeudi 14 avril, les titres du groupe de presse allemand Redaktionsnetzwerk Deutschland rapportent que des documents concernant le centre allemand de recherches nucléaires de Juliers ont été découverts dans l'appartement de Salah Abdeslam à Molenbeek.

Le chef des services de renseignements allemands en a informé, fin mars, la commission parlementaire dont il dépend, précisent-ils en citant des sources au sein de cette commission, dont les débats sont confidentiels.

Un site où sont stockés des déchets nucléaires

Parmi les documents découverts chez Salah Abdeslam, considéré comme le seul survivant du commando jihadiste qui a commis les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis et arrêté à Bruxelles le 18 mars, figurent des impressions d'articles sur le centre trouvés sur internet et des photos de son directeur, selon RND.

Le site de Juliers, où sont notamment stockés des déchets nucléaires, est proche de la frontière belge. Sa direction dit n'avoir été informée d'aucun danger. Aucun représentant des services de renseignements allemands n'était disponible dans l'immédiat pour commenter ces informations. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enquête sur les attentats de Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.