Salah Abdeslam a "volontairement refusé de se faire sauter", affirme son frère

"Si j'avais voulu, il y aurait eu plus de victimes. Heureusement, je ne suis pas allé jusqu'au bout", aurait assuré Salah Abdeslam à son frère.

Salah Abdeslam, sur une photo diffusée par la police française le 15 novembre 2015.
Salah Abdeslam, sur une photo diffusée par la police française le 15 novembre 2015. (POLICE NATIONALE / AFP)

Si Salah Abdeslam est encore en vie, c'est qu'il a "volontairement refusé de se faire sauter", affirme Mohamed Abdeslam, qui s'est confié à BFMTV vendredi 1er avril après avoir rendu visite à son frère à la prison de Bruges. "Si j'avais voulu, il y aurait eu plus de victimes. Heureusement, je ne suis pas allé jusqu'au bout", aurait assuré Salah Abdeslam à son frère.

Il "veut collaborer" avec la justice française

Selon les propos rapportés par Mohamed Abdeslam à BFMTV, le suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris reconnaît avoir été en possession d'une ceinture d'explosifs. Mais il réfute avoir été la tête pensante des attaques, n'ayant pas été au courant dès le départ de tout ce qui allait se passer.

Quant à son prochain transfèrement en France, Salah Abdeslam "veut collaborer", explique son frère, "car il a des comptes à rendre à la France mais pas à la Belgique". Il aurait également nié toute implication dans les attentats du 22 mars à Bruxelles, expliquant en avoir entendu parler "car il a la télé dans sa cellule".