Le procès de Salah Abdeslam placé sous très haute sécurité

Lundi 5 février s'ouvrira un procès très attendu à Bruxelles : celui de Salah Abdeslam, le petit délinquant devenu l'un des cerveaux présumés des attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015 en France. Il ne comparaît pas encore pour ces faits. 

Cette vidéo n'est plus disponible

Ce dimanche 4 février au soir, un hélicoptère des forces de l'ordre survole la prison de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais. Surveillance extraordinaire pour un détenu hors du commun : Salah Abdeslam. L'unique survivant des commandos du 13 novembre sera jugé demain au Palais de Justice de Bruxelles. Pas pour son rôle dans les attentats parisiens, mais pour tentative de meurtre dans un contexte terroriste lors d'une fusillade en Belgique où des policiers ont été blessés. C'était au printemps 2016, peu avant son arrestation.

De Fleury-Mérogis à Vendin-le-Vieil

Pour les besoins du procès, Salah Abdeslam, incarcéré habituellement à Fleury-Mérogis, doit être transféré à la centrale de Vendin-le-Vieil, plus proche de la capitale belge. Derrière les murs de cet établissement moderne, les mêmes conditions que dans la prison francilienne: isolement complet, cellule ultra sécurisée et filmée 24 heures sur 24. Toute la semaine, Salah Abdeslam devrait effectuer des allers-retours vers Bruxelles, à 130 km de là. Par la route ou par les airs, mais toujours sous bonne garde : celle des services belges et du GIGN français. 


Le JT
Les autres sujets du JT
Le palais de justice de Bruxelles (Belgique), le 3 février 2018.
Le palais de justice de Bruxelles (Belgique), le 3 février 2018. (ALEXANDROS MICHAILIDIS / SOOC)