Cet article date de plus de six ans.

Attentats du 13 novembre : deux suspects arrêtés en Autriche

Ces migrants ont été en contact avec l'un des terroristes du Stade de France et avec l'entourage d'Abdelhamid Abaaoud, révèle, samedi, "Le Parisien".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants prennent le train, le 14 septembre 2015, à Salzbourg (Autriche). (GUENTER SCHIFFMANN / AFP)

Ils sont arrivés en Europe, le 3 octobre, sur l'île grecque de Leros, avec deux des terroristes du Stade de France. Deux migrants liés aux auteurs des attaques terroristes de Paris ont été interpellés, en décembre, à Salzbourg (Autriche), révèle, samedi 13 février, le site du Parisien

Arrêtés après avoir déposé une demande d'asile en Autriche, Fozi B. et Faysal A., respectivement algérien et pakistanais, ont été confondus par leurs empreintes. Ils ont également été trahis par la découverte, lors de leur fouille, du numéro de téléphone d'une personne contactée par l'un des terroristes morts au Stade de France. L'analyse de leurs échanges téléphoniques a enfin permis de les relier à l'entourage direct d'Abelhamid Abaaoud, coordonnateur des attentats.

Révélations sur la virée grecque d'Abaaoud

Selon Le Parisien, les enquêteurs ont également découvert de nouveaux éléments concernant le passage d'Abdelhamid Abaaoud en Grèce, en janvier 2015. L'homme, qui tentait alors d'organiser des attentats contre des commissariats belges, a réussi à échapper à des perquisitions de la police grecque à Athènes.

Abdelhamid Abaaoud a toutefois laissé derrière lui des empreintes, un manuel de confection de bombes et "des plans d'attaque, notamment dans un aéroport", selon une source proche du dossier citée par Le Parisien. Son colocataire belge sur place a été interpellé et incarcéré. Un complice français, impliqué dans un réseau jihadiste à Trappes, a été arrêté, puis relâché par erreur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enquête sur les attentats de Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.