Attentats de Paris : la ville de Molenbeek, plaque tournante du terrorisme islamiste ?

Une équipe de France 2 a mené l'enquête dans cette commune belge située dans l'ouest de Bruxelles est considérée comme la plaque tournante du terroriste islamiste.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Rues pavées, maisons en brique, la commune de Molenbeek en Belgique ressemble à une petite ville de province, mais est l'une des communes les plus défavorisées de Bruxelles. 28% de chômage et une communauté musulmane parmi les plus denses du pays. La commune a mauvaise réputation, trafic de drogue, délinquance et islam radical. L'auteur de la tuerie du musée juif de Bruxelles, celui du Thalys attaqué, le commando derrière les attentats de Paris, tous sont passés par ici. Pourquoi Molenbeek ? Quand on pose la question aux habitants, difficile d'obtenir une réponse.

Lieux de radicalisation

Ahmed El Khannouz est un enfant de Molenbeek désormais en charge de la sécurité à la, mairie. Pour lui si les jihadistes se concentrent à Moleenbeck c'est qu'ils trouvent ici des conditions idéales. "Nous avons une population dans ce quartier populaire avec une forte rotation. Les loyers font partie des loyers les moins chers en région Bruxelloise. Lorsque vous avez des personnes qui sont mal intentionnées, ils cherchent une masse pour pouvoir se fondre (...)", explique Ahmed El Khannouz.
Passer inaperçu d'autant qu'à Moleenbeck les lieux de radicalisation sont bien discrets. Des maisons sont transformées en lieux de prière. Moleenbeck une base arrière pour les jihadistes européens ? Les commerçants du quartier refusent cette stigmatisation. Du côté de la municipalité, une cellule de la radicalisation a été mise en place, mais elle reconnait avoir été dépassée par la situation.

Le JT
Les autres sujets du JT
La police scientifique à l\'intérieur du café Comptoir Voltaire à Paris sur le site de attaque. Le 14 Novembre  2015 
La police scientifique à l'intérieur du café Comptoir Voltaire à Paris sur le site de attaque. Le 14 Novembre  2015  (WILLIAM ABENHEIM / SIPA)