Attentats de Paris et Bruxelles : l'étrange comportement des terroristes face aux enquêteurs

En direct de Bruxelles (Belgique), Valéry Lerouge revient sur le comportement des terroristes arrêtés face aux enquêteurs.

France 2

Les enquêteurs belges ne sont pas en face de terroristes terrés dans le silence. Au contraire, ils parlent. Reste à savoir si tout est vrai. "Les 48 heures légales de garde à vue sont maintenant terminées et c'est vrai : Mohamed Abrini et Osama Krayem ont coopéré. Ils ont parlé aux enquêteurs, mais il faut prendre leur première déclaration avec la plus grande prudence", explique Valéry Lerouge en direct de Bruxelles (Belgique).

Transfèrement beaucoup plus long

"Un expert belge en jihadisme s'étonne notamment de plusieurs détails donnés par Abrini comme son chapeau qu'il aurait revendu à la dernière minute. Ce n'est pas, dit-il, la rhétorique habituelle de l'État islamique. Ce n'est pas leur façon de se livrer non plus et ce pourrait être, d'après lui, une diversion pour couvrir peut-être d'autres membres du réseau qui seraient encore dans la nature", poursuit le journaliste de France 2. De leur côté, les policiers français vont pouvoir encore attendre longtemps avant de pouvoir interroger Mohamed Abrini. Il est beaucoup plus impliqué dans les attentats de Bruxelles que dans ceux de Paris. Son transfèrement sera beaucoup plus long que celui de Salah Abdeslam, prévu maintenant dans les 15 jours à venir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Mohamed Abrini, recherché par toutes les polices dans l\'enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris, a été arrêté vendredi 8 avril 2016 à Anderlecht, une commune de l\'agglomération bruxelloise.
Mohamed Abrini, recherché par toutes les polices dans l'enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris, a été arrêté vendredi 8 avril 2016 à Anderlecht, une commune de l'agglomération bruxelloise. (FRANCE 2)