Cet article date de plus de cinq ans.

Attentats à Paris : Salah Abdeslam aurait porté une ceinture d'explosifs lors de son retour en Belgique

D'après l'avocate d'un des hommes arrêtés en Belgique, l'homme recherché pour avoir au moins joué un rôle de logisticien dans les attentats, était "peut-être prêt à se faire sauter" vendredi soir à Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Clio louée par Salah Abdeslam, l'instigateur présumé des attaques de Paris, retrouvée place Albert-Kahn dans le 18e arrondissement de la capitale française, le 17 novembre 2015.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Salah Abdeslam, activement recherché pour avoir au moins joué un rôle de logisticien dans les attentats de Paris, était "peut-être prêt à se faire sauter", vendredi 13 novembre au soir à Paris. Selon Me Carine Couquelet, l'avocate d' Hamza Attou, un homme arrêté en Belgique, "Salah était extrêmement énervé et peut-être (...) prêt à se faire sauter" quand il est rentré à Bruxelles.

Comme l'explique la RTBF, Hamza Hattou et Mohamed Hamri ont été contactés par Salah Abdeslam pour que les deux habitants de Molenbeek viennent le chercher à Paris vendredi soir. Hattou aurait expliqué à la police que samedi matin, lors du trajet retour vers la Belgique, Abdeslam était peut-être porteur d'une ceinture d'explosifs. Selon Me Couquelet, les trois passagers ont "très peu parlé" dans la voiture. "Mais mon client a eu fort peur", a-t-elle assuré, indiquant qu'Abdeslam était très nerveux. "Mon client ne parle pas d'armes, mon client parle d'une grosse veste" portée par Salah Abdeslam, "peut-être d'une ceinture d'explosifs ou quelque chose comme ça".

Salah Abdeslam a-t-il refusé de devenir un kamikaze ?

Leur convoi a été contrôlé à plusieurs reprises par la police sur ce trajet Paris-Bruxelles. L'avocate belge évoque trois contrôles d'identité, mais à chaque fois c'était "je vous donne mon papier, au revoir et merci". "Il paraît" que Salah Abdeslam "était très calme" pendant les contrôles, indique Me Couquelet.

La possibilité que Salah Abdeslam soit porteur d'une ceinture d'explosifs lors d'un trajet vers Bruxelles interroge L'Obs. Le magazine se demande si le jihadiste n'a pas reculé au moment de commettre un attentat dans le 18e arrondissemement, un lieu cité dans la revendication des attaques par le groupe Etat islamique. C'est là que son portable a émis vendredi soir et c'est également dans cet arrondissement qu'a été retrouvée une Clio noire conduite par Abdeslam. A l'intérieur de la voiture, sur une mystérieuse note était écrit : "Roissy-Saint-Martin-République". Le possible itinéraire planifié par le terroriste présumé, qui aurait peut-être refusé de devenir un kamikaze.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.