DIRECT. Attentats : deux hommes transportant des explosifs activement recherchés à Bruxelles

Selon "Le Soir", les enquêteurs sont à la recherche d’au moins deux hommes dont l’un transporterait une bombe comme celles actionnées le 13 novembre à Paris.

Des militaires belges patrouillant dans Bruxelles (Belgique), le 21 novembre 2015.
Des militaires belges patrouillant dans Bruxelles (Belgique), le 21 novembre 2015. (JOHN THYS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Au moins deux personnes susceptibles de transporter des explosifs sont activement recherchées par les autorités belges, samedi 21 novembre, alors que Bruxelles a été placée en état d'alerte maximale comme l'affirme Le Soir. Lors d'une conférence de presse, le Premier ministre belge Charles Michel a confirmé que le gouvernement craignait des attentats semblables à ceux de Paris.

Le gouvernement belge a placé la ville de Bruxelles en état d'alerte maximale, samedi 21 novembre. Le niveau d'alerte a été relevé au niveau 4 – le plus élevé – à l'issue d'une réunion rassemblant des ministres et des responsables de la police et des services de sécurité.

En France, la préfecture de police de Paris a prolongé jusqu'au 30 novembre à minuit l'interdiction de manifester en Ile-de-France. La préfecture rappelle "l'extrême gravité" des attentats du 13 novembre qui "a conduit le gouvernement à déclarer l'état d'urgence".

Sept personnes ont été relâchées après l'assaut mené à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) contre des terroristes présumés, samedi 21 novembre, mais l'homme qui a fourni l'appartement est lui toujours en garde à vue, précise le parquet. 

Reste au moins un suspect en fuite : Salah Abdeslam, un Français vivant en Belgique, qui a loué la Polo du commando du Bataclan et la Clio retrouvée dans le nord de Paris après avoir peut-être convoyé les kamikazes du Stade de France.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ATTENTATS

07h35 : Analyse de Claude Moniquet, ancien agent de la DGSE, sur la situation à Molenbeek, le "Belgistan" :

" Il y a eu une espèce de pacte tacite passé entre l'ancienne majorité et certains milieux islamistes de manière à assurer le calme dans la commune et assurer la réélection de la majorité politique locale. C'est ça qui a freiné le travail de la police".

(FRANCE 2)

22h39 : J'habite à Londres depuis bientôt quinze ans, je travaille en uniforme, les attaques de 2005 sont toujours dans nos mémoires et celles du 13 Novembre nous rappellent tristement que ces fous ne s'arrêteront jamais. Sur ma veste je porte un écusson bleu-blanc-rouge barré de noir. Français et fier.

22h39 : Témoignage de @Ici Londres dans les commentaires, qui fait le parallèle avec la situation consécutive aux attaques du métro londonien en 2005.

22h27 : Un signe que tout n'est pas revenu à la normale dans Paris...

22h24 : En dix ans, le nombre de salles de prière sous influence salafiste est passé de 30 à 150, affirme Le Figaro. D'après les renseignements généraux, le nombre de jihadistes parmi les fidèles ne dépasserait pas 3%.

22h15 : Reportage de l'Obs dans une mosquée considérée comme radicale, au Bourget. Abdel, l'un des fidèles, lâche au reporter, qui s'est fait refouler de l'entrée du bâtiment religieux : "Je sais très bien ce qu'on vous a dit. Que cette mosquée abrite des extrémistes. Est-ce que j'ai une tête d'extrémiste moi ? Mon fils s'appelle Nicolas, ma femme est française, je suis naturalisé français. Il faut arrêter de nous stigmatiser, être un peu indulgent avec les musulmans de France".

22h06 : "Deux de mes amis sont morts au Bataclan. Que dire… Ces attaques marquent une nouvelle étape dans l'horreur. D'ailleurs, je ne pensais pas que l'unité nationale exploserait si vite. J'ai trouvé navrantes les attaques de l'opposition contre le gouvernement à l'Assemblée nationale, mardi."

Dans une interview au JDD, le chanteur, qui était en Italie le 13 novembre dernier, mais qui a été touché de près par les attaques - outre ses amis morts au Bataclan, ses enfants se trouvaient au Stade de France- livre ses impressions sur la politique actuelle.

21h58 : Un journaliste du Soir s'est offert une virée nocturne dans la capitale belge. Constat sans appel : c'est désert.

21h55 : Groupe d'intervention d'élite cherche fonds pour acheter véhicules d'assaut. Le GIGN n'a pas le budget pour s'acheter quatre véhicules d'assauts conçus avec Renault, mais trop cher pour les caisses de l'unité d'élite, note RTL. Les véhicules Chevrolet dont il dispose sont pourtant vieillissants. Peut-être que le changement de priorité gouvernemental va changer la donne.

21h53 : D'après i>télé, les enquêteurs se demandent s'il n'y a pas eu un problème technique sur la ceinture d'explosifs de Salah Abdeslam, ce qui explique qu'il n'a pu l'actionner et aurait pris la fuite avec.

21h41 : Ils ne tueront jamais notre amour de la liberté, de la culture, et notre joie de vivre. Demeurons forts et unis. Vive la France

21h41 : Il n'est pas facile de vivre normalement, mais ne pas le faire, c'est leur donner raison. Nous finirons par gagner cette guerre, même si cela prendra du temps. Amour, fraternité, solidarité, doivent être nos maîtres mots.

21h41 : Un grand merci aux forces de l'ordre, policiers et militaires, qui travaillent sans relâche, et veillent sur nos vies et sur le maintien de notre belle République.

21h41 : Vous êtes nombreux à affirmer votre fierté devant les forces de l'ordre et les valeurs de notre pays, dans les commentaires.

21h41 : @anonyme La France est une cible privilégiée pour les jihadistes de l'EI, en raison de son engagement en Syrie, mais aussi pour tout ce qu'elle représente. Mais les pays frontaliers sont eux aussi menacés. Les services de renseignements américains ont mis en garde les Italiens contre un risque d'attaque. Le match Allemagne-Pays-Bas a été annulé cette semaine en raison d'une menace. Ce qui a fait dire au ministre des Affaires étrangères allemand : "L'état de la menace en Europe et également en Allemagne est sérieux, vraiment sérieux."

21h39 : Le niveau de menace terroriste est-il le même dans les autres pays frontaliers de la France? En Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie ou en Espagne, les force de l'ordre sont-elles assez vigilantes face à des djihadistes en fuite comme Salah Abdeslam ?

21h35 : Superbe photo tweetée par un internaute devant les arènes de Nîmes, dans le Gard, illuminées en bleu-blanc-rouge.

21h33 : 2 000 personnes ont défilé à Nantes, derrière la bannière "Vivre ensemble, libres, égaux, solidaires".

(FRANCE 3 PAYS DE LOIRE)

21h32 : Outre Toulouse, d'autres rassemblements en soutien aux victimes des attentats ont été organisés aujourd'hui. 2 200 personnes ont ainsi défilé à Châlon-sur-Saône, en Bourgogne. France 3 Bourgogne y était.


21h23 : @Isabelle Effectivement, peu de blessés "en urgence absolue" sont morts depuis une semaine. Le médecin urgentiste Jean-Pierre Orsini donne un élément d'explication au Nouvel Obs : "Il n'y a pas eu de bug. Très peu de blessés graves sont morts pendant leur prise en charge. C'était un bordel très organisé. Pas étonnant que les autres pays regardent avec attention ce qui se fait dans les hôpitaux français. Un médecin américain en stage chez nous a été très impressionné."

21h23 : Nous sommes informés de ce nombre de morts, mais qu'en est-il des blessés trop nombreux? Sont-t-ils toujours hospitalisés ou on-t-ils pu rejoindre leurs proches/leur famille?

21h14 : Intéressante tribune d'un historien publiée sur Rue89 sur la genèse de l'état d'urgence en 1955 comparé avec la succession de décisions politiques amenant à son toilettage en 2015. Toute ressemblance avec une situation passée et pas très glorieuse pour l'Hexagone ne serait pas purement fortuite.

21h06 : Michel Onfray a réagi sur i>télé à sa présence sur une vidéo de revendication de Daech : "On est toujours instrumentalisé par tout le monde". Avant de réitérer son hostilité aux frappes aériennes : "bombarder l'EI ne permettra pas de calmer les jeunes soldats de l'EI qui sont dans nos banlieues."

21h04 : Une semaine après les attentats, des milliers de Français ont tenu à se rassembler. Ils étaient 10 000 à Toulouse pour rendre hommage aux victimes, alors que les rassemblements se poursuivent à Paris, sur les lieux des attentats. Reportage de France 2.


20h41 : Marié avec une musulmane, horrifiés tous les deux, inquiets pour nous, notre fille, le sang glacé par les témoignages islamophobes et hostiles de certaines personnes décrits dans les médias et sur Twitter. L'amalgame est là et en pleine expansion, c'est triste et terrifiant...

20h41 : J'ai passé la semaine à visiter mes clients du bâtiment en Rhone-Alpes, le moral était déjà bas, cela perturbe aussi les affaires de cette fin d'année

20h40 : Trouble du sommeil. état anxieux généralisé. Peur de tout. Mais pas envie de basculer dans la parano... je veux vivre

20h40 : Je n'habite pas la région parisienne donc je n'ai pas le droit de me plaindre ; quoiqu'il en soit mon estomac a fait des nœuds au moment des courses hebdomadaires hier ; et mon cerveau tourne tourne remâche. "Comment allons nous vivre maintenant en sachant qu'il y a des terroristes qui sont prêts à agir ,des mails qui circulent en quantité, dont des manipulations de toutes sortes... C'est évident on veut opposer en France, en Europe, une partie de la population à une autre, en provoquant la panique, la peur, la haine de l'autre.

20h38 : Ce matin, nous vous avons demandé comment vous alliez, une semaine après les attentats. Voici quelques unes de vos réponses (compilées dans cet article).

20h23 : Le philosophe Michel Onfray a été repris dans une vidéo de l'Etat islamique. Celui qui milite pour un arrêt des combats contre les jihadistes, apparaît à la fin d'une vidéo de revendication des attentats du 13 novembre. Les détails de ce curieux caméo dans notre article.




(PJB / SIPA)

20h21 : C'est possible, mais on ne dispose d'aucune information à ce sujet. Effectivement, il a été déposé près de Bruxelles lundi, d'après un témoin, mais on ignore où il est passé depuis.

20h20 : Est-il possible que l'homme portant une ceinture d'explosifs soit Salah Abdeslam ?