Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Attentats du 13-Novembre : du Bataclan au Stade de France, un samedi d'hommages et d'émotion

Publié Mis à jour
Attentats du 13-Novembre : un samedi d'hommages et d'émotion
Attentats du 13-Novembre : un samedi d'hommages et d'émotion Attentats du 13-Novembre : un samedi d'hommages et d'émotion (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - M. Burgot, E. Bach, C.-M. Denis, P. Deslandes, M. Kassou
France Télévisions
France 2

Six ans après les attaques, plusieurs hommages ont été rendus à travers la capitale et en Seine-Saint-Denis samedi 13 novembre, en présence de rescapés et de proches des victimes.

Six ans après l'horreur, autorités, rescapés, proches des victimes et anonymes ont rendu hommage aux victimes des attentats du 13-Novembre, durant lesquelles des commandos du groupe Etat islamique (EI) avaient tué 130 personnes et fait plus de 350 blessés. Accompagné notamment de la maire de Paris Anne Hidalgo, le Premier ministre Jean Castex a entamé la tournée de commémorations par un dépôt de gerbe suivi d'une minute de silence devant le Stade de France, samedi 13 novembre, avant de prendre la direction des terrasses de cafés et des restaurants visés par les terroristes dans Paris.

Devant le Bataclan, les rescapés et les proches des victimes ont écouté avec émotion résonner sous la grisaille le nom de chacune des 90 personnes qui ont péri dans la salle de concert. Cette commémoration s'est déroulée dans une atmosphère hautement symbolique, au moment où un procès historique ravive depuis septembre le souvenir de l'attaque terroriste la plus meurtrière jamais commise en France. "Depuis deux mois qu'on est au procès, on a créé une communauté, c'est important d'être là pour les parents des victimes", témoigne Bruno Poncet, rescapé du Bataclan.

De son côté, la vice-présidente américaine Kamala Harris, qui achevait samedi une visite de quatre jours en France, a déposé un bouquet de fleurs blanches en face de la terrasse du bar Le Carillon. Elle a ensuite traversé la rue pour entrer brièvement dans l'établissement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.