Attentats du 13 novembre : la femme qui a bousculé l’enquête

Elle a révélé à la police où les terroristes se cachaient. France 3 revient sur son témoignage.

FRANCE 3

Son identité a été changée, sa voix a été transformée et sa silhouette a été modifiée. Aujourd’hui, Sonia livre un témoignage édifiant. Elle est une amie de la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, le chef du commando des attaques du 13 novembre à Paris. Deux jours après les attentats, elle accompagne Hasna Aït Boulahcen à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) dans une zone industrielle. Elle rencontre Abaaoud avec qui elle engage la discussion. "Il me dit, normal : 'les terrasses, c’est moi'", raconte-t-elle.

Plusieurs nationalités

Durant cette même rencontre, Abaaoud évoque d’autres projets d’attentats dans le quartier de la Défense, dans un commissariat, une crèche et un centre commercial. "Il m’a dit : 'on est rentré sans documents officiels', et qu’ils sont rentrés à plusieurs, qu’avec lui il y a des Syriens, des Irakiens, des Français, des Allemands, des Anglais. (…) Il me dit qu’ils sont rentrés à 90, et qu’ils sont un peu partout en Ile-de-France" , poursuit-elle. Sonia décide ensuite d’alerter les autorités et de communiquer l’adresse de la planque d’Abaaoud à Saint-Denis.

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écran d\'une vidéo de l\'organisation Etat islamique montrant le \"cerveau\" présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, dans une vidéo publiée en février 2015.
Capture d'écran d'une vidéo de l'organisation Etat islamique montrant le "cerveau" présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, dans une vidéo publiée en février 2015. (DABIQ / AFP)