Cet article date de plus de cinq ans.

Attentats de Paris : le troisième kamikaze du Bataclan, originaire du Bas-Rhin, était fiché S

Il venait de Wissembourg et faisait partie d'un groupe de jeunes partis d'Alsace pour la Syrie à la fin 2013. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le café du Bataclan, qui jouxte la salle de concert, le 26 novembre 2015, à Paris. (ALAIN ROBERT / APERCU / SIPA)

Il était aux côtés d'Ismaël Omar Mostefaï et de Samy Amimour. Le troisième kamikaze du Bataclan a été identifié, indique à France 2 une source proche de l'enquête, mercredi 9 décembre. Il s'agit d'un jeune jihadiste originaire de Wissembourg, dans le Bas-Rhin, qui faisait partie d'un groupe de jeunes partis en Syrie fin 2013. Agé d'une vingtaine d'années, il s'appelle Foued Mohamed-Aggad. Selon les informations de France 2, il faisait l'objet d'une fiche S et était connu de la police strasbourgeoise pour son passé de délinquant de droit commun. Le Parisien diffuse sa photo.

Comme l'indique un journaliste de France 2 sur Twitter, l'identité de Foued Mohamed-Aggad était connue depuis deux semaines, mais avait été tenue secrète pour ne pas perturber l'enquête. 

Son frère est en prison après son passage en Syrie

Selon Le Parisien"son frère aîné, Karim, 25 ans, est actuellement détenu après son passage en Syrie"Les deux frères, issus d'une fratrie de quatre enfants et originaires d'une petite commune du Bas-Rhin proche de Strasbourg, avaient rejoint la Syrie à la fin de l'année 2013, en compagnie de huit autres amis, venus du quartier sensible de la Meinau, précise le journal.

Selon le quotidien, deux d'entre eux ont trouvé la mort en Syrie et sept autres sont rentrés dans leur quartier de la Meinau en février et mars 2014, avant d'être interpellés en mai de la même année. Foued Mohamed-Aggad était le seul à être resté en Syrie. Avant de revenir en France pour participer aux attentats du 13 novembre à Paris. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13-Novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.