Le rassemblement de la Grande mosquée de Paris pour dénoncer le terrorisme annulé par mesure de sécurité

Selon la mosquée, les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour ce rassemblement prévu initialement vendredi.

La grande mosquée de Paris, située rue Desplas et photographiée le 2 novembre 2015. 
La grande mosquée de Paris, située rue Desplas et photographiée le 2 novembre 2015.  (MAXPPP.)

Le rassemblement musulman prévu, vendredi 20 novembre, devant la grande mosquée de Paris pour dire non "au terrorisme" et à "l'amalgame", a été annulé. "Les conditions de sécurité indispensables" à son organisation ne sont pas réunies, a précisé, jeudi, l'institution musulmane dans un communiqué. 

Une semaine après les attentats meurtriers de Paris, le recteur de la mosquée, Dalil Boubakeur, invitait tous les citoyens de confession musulmane et leurs amis à venir s'exprimer à l'issue de la prière du vendredi "pour montrer leur profond attachement à Paris, à sa diversité et aux valeurs de la République".

Anne Hidalgo devait se rendre au rassemblement

"Après discussion avec les autorités de la préfecture de police de Paris (PP), il apparaît que les conditions de sécurité indispensables à l'organisation d'un rassemblement public ne sont pas réunies", précise l'institution musulmane. La préfecture a annoncé jeudi que l'interdiction de manifester sur la voie publique en Ile-de-France était prolongée jusqu'à dimanche, à l'exception des "rassemblements de fait sur les lieux des attentats à des fins commémoratives".

La grande mosquée de la place du Puits de l'Ermite, dans le 5e arrondissement de la capitale, est le lieu de culte symbole de l'islam en France depuis 90 ans. La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), devait se rendre à ce rassemblement. Faute de rassemblement, la mosquée fera lire un prêche contre le "terrorisme" lors de la grande prière de vendredi, comme y sont invitées les quelque 2 500 mosquées et salles de prière du pays.