Cet article date de plus de cinq ans.

Attentats à Paris : près de 4 000 dossiers devraient être traités par le fonds de garantie des victimes de terrorisme

Publié
Durée de la vidéo : 6 min.
Attentats à Paris : près de 4 000 dossiers devraient être traités par le fonds de garantie des victimes de terrorisme
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Françoise Rudetzki, fondatrice de l'association SOS Attentats était sur le plateau du Soir 3 ce samedi 21 novembre.

Plus d'une semaine après les attentats de Paris, Françoise Rudetzki, fondatrice de l'association SOS Attentats, est l'invitée du Soir 3. Victime elle aussi d'un attentat il y a plus de 30 ans, elle se doutait malheureusement "que ce phénomène se développerait". "Une nouvelle forme de guerre", selon elle. En 1990, Françoise Rudetzki a fait adopter une loi sur le statut de victimes civiles de guerre dont font partie les victimes d'attentats. 

Séquelles physiques et psychologiques 

Les attaques de vendredi 13 novembre à Paris ont fait 130 morts et plus de 350 blessés. Françoise Rudetzki explique en plateau que les rescapés blessés devront vivre "avec des séquelles physiques et psychologiques", dont "des troubles ORL". "Toutes les personnes qui se trouvaient confinées par exemple dans le Bataclan ou d'autres endroits doivent absolument subir un examen ORL. C'est un point qui a totalement été oublié par les services de santé", déplore-t-elle.

Françoise Rudetski est membre du fonds de garantie des victimes de terrorisme qui a indemnisé 4 200 victimes depuis 1986 pour un total de 106 millions d'euros. Pour les attentats de Paris, près de 4 000 dossiers devraient être traités.
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13-Novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.