Procès des attentats du 13-Novembre : le parquet national antiterroriste demande la perpétuité incompressible pour Salah Abdeslam

Publié Mis à jour
Procès des attentats du 13-Novembre : le parquet national antiterroriste demande la perpétuité incompressible pour Salah Abdeslam
France 3
Article rédigé par
B.Delombre, E.Pelletier, N.Salem, L.Haedrich, E.de Pourquery, L. Barbry, O. Badin, F. Fontaine - France 3
France Télévisions

La perpétuité incompressible a été demandée par les magistrats, vendredi 10 juin, pour Salah Abdeslam, l'unique survivant des commandos qui ont attaqué la France le 13 novembre 2015. De lourdes peines ont également été requises pour les 19 autres accusés. 

Une peine exceptionnelle, la plus importante du code pénal, a été requise contre Salah Abdeslam, vendredi 10 juin. Les magistrats ont demandé la perpétuité incompressible pour le seul membre encore en vie du commando des terrasses. "Comme les complices, il a le sang de toutes les victimes sur la conscience", estime Nicolas Le Bris, avocat général. Les avocats de la défense regrettent le réquisitoire qui, s'il est confirmé, empêchera toute remise de peine avant d'avoir passé 30 ans en prison. Les magistrats ont également requis la perpétuité avec 22 ans de sûreté contre Mohamed Abrini, qui a convoyé les commandos la veille des attentats. 

Des peines d'au moins cinq ans de prison pour les 20 accusés

Des peines d'au moins cinq ans de prison ont été prononcées à l'encontre des 20 accusés. "Lors d'une procédure pénale, le silence est un droit. Et le mensonge aussi. C'est aussi une consigne de la cellule. Ils sont restés solidaires jusqu'au bout", a signalé Camile Hennetier, avocate générale. Les familles et les proches, eux, ont parfois fait part de leur frustration. "Il n'y a aucune peine qui n'arrivera à la hauteur du préjudice qu'il a subi", a confié la sœur d'une victime. À partir de lundi, les avocats de la défense prononceront leurs plaidoiries. Le verdict du procès est attendu le 29 juin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.