Gérald Darmanin demande aux préfets de "reconduire systématiquement" les "étrangers" menaçant l'ordre public

"Nous menons actuellement une réflexion sur les dispositions législatives que nous pourrions prendre dans les prochains mois afin de faciliter certaines procédures", écrit Gérald Darmanin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale, mardi 29 septembre 2020.  (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'est adressé dans un courrier aux préfets. Selon ce texte, qu'il a lui-même publié sur Twitter, mardi 29 septembre, il leur demande de "reconduire systématiquement les étrangers" ayant commis des "infractions graves" ou "représentant une menace grave pour l'ordre public" et de lui rendre compte "personnellement" du nombre de reconduites chaque trimestre.

"Je vous demande de mettre systématiquement en œuvre les procédures à même d'interrompre, dans les meilleurs délais, la présence de ces personnes sur notre territoire", écrit le ministre de l'Intérieur dans ce courrier, écrit quatre jours après l'attaque perpétrée par un ressortissant pakistanais devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. Aussi, le ministre fait référence aux "événements survenus récemment" qui "doivent vous inviter à la plus grande vigilance".

Une "réflexion" sur de futures "dispositions législatives"

Le ministre incite les préfets à privilégier trois "leviers". D'abord une "coordination étroite" entre "forces de sécurité", "autorité judiciaire" ou "administration pénitentiaire" pour "préparer l'éloignement des étrangers incarcérés avec toute l'anticipation nécessaire". Il leur demande aussi une "mise en œuvre complète et systématique de toutes les procédures administratives pertinentes", en rappelant que le "droit actuel" permet de procéder à des "refus ou retraits de titre" voire de "la nationalité française". Enfin, il veut les voir utiliser "tous les outils opérationnels" pour procéder à ces "éloignements" à savoir "rétention", "assignation" ou "participation à des vols groupés".

"Nous menons actuellement une réflexion sur les dispositions législatives que nous pourrions prendre dans les prochains mois afin de faciliter certaines procédures", écrit encore Gérald Darmanin.

Gérald Darmanin a été récemment accusé par le syndicat de police Alliance de vouloir revenir à la "politique du chiffre" en matière de lutte contre les stupéfiants, en référence à la politique sécuritaire menée par Nicolas Sarkozy lorsqu'il était ministre de l'Intérieur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.