Attentat devant les anciens locaux de "Charlie Hebdo" : quatre suspects mis en examen et placés en détention

Âgés de 17 à 21 ans, ils sont soupçonnés d'être impliqués dans l'attaque au hachoir perpétrée le 25 septembre rue Nicolas-Appert à Paris. Ils ont été arrêtés ce lundi dans le Calvados, en Gironde et en région parisienne.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean Castex et Gérald Darmanin se rendent sur les lieux de l'attaque au couteau devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, rue Nicolas Appert, à Paris, le 25 septembre 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

Quatre suspects, soupçonnés d'être impliqués dans l'attentat perpétré devant les anciens locaux de Charlie Hebdo le 25 septembre 2020, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et placés en détention provisoire, après leur présentation à un juge, a appris franceinfo, vendredi 18 décembre, auprès du parquet national antiterroriste. Âgés de 17 à 21 ans, ils avaient été arrêtés lundi dans le Calvados, en Gironde et en région parisienne.

Dans cette affaire, une première personne, âgée de 17 ans, avait été mise en examen mercredi pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et placée en détention provisoire. Les trois autres, présentées vendredi, ont donc elles aussi été mises en examen et écrouées. Ces quatre personnes avaient été interpellées lundi dans le Calvados, en Gironde et en région parisienne. Elles sont soupçonnées d'avoir eu connaissance du projet d'attaque et d'avoir pu l'influencer également, a indiqué une source proche de l'enquête.

L'assaillant déjà mis en examen

Vendredi 25 septembre, Zaheer Hassan Mahmoud, un Pakistanais de 25 ans, blessait grièvement deux personnes au hachoir près des anciens locaux de Charlie Hebdo rue Nicolas-Appert à Paris, pensant s'en prendre à l'hebdomadaire satirique, qui avait déménagé après les attentats de janvier 2015.

L'assaillant a été mis en examen et écroué pour "tentatives d'assassinats" terroristes. Il a déclaré aux enquêteurs avoir regardé avant son attaque des vidéos en provenance du Pakistan concernant la publication et la republication début septembre par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.