Attaque au couteau à Paris : la mystérieuse identité de l'assaillant se précise

Le portrait et la trajectoire du principal suspect de l’attaque au couteau devant les anciens locaux de "Charlie Hebdo" s’affinent lundi 28 septembre. Il assume son acte.

franceinfo

L'enquête se poursuit sur l'attaque à l'arme blanche, perpétrée vendredi 25 septembre, près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo. Le principal suspect est toujours entendu, mais des zones d'ombres subsistent autour de son identité. Il déclare s'appeler Hassan A. Il serait un Pakistanais âgé de 18 ans. Mais un document trouvé dans son téléphone le désigne en tant que Zaheer Hassan M., Pakistanais de 25 ans.

Cinq proches en garde à vue

Le doute sur son âge avait été soulevé dès son arrivée en France par l'aide sociale à l'enfance du Val-d'Oise, chargée de l'accueillir : "Le département avait contesté sa minorité, mais une décision de justice avait confirmé sa prise en charge jusqu'au 10 août 2020". Zaheer Hassan M., c'est l'identité qu'il décline sur une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux. Dans cette dernière, il explique qu'il va passer à l'action en réaction à la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. Le suspect ne se revendique d'aucun groupe terroriste, mais fait référence à un groupe musulman réputé non violent et basé au Pakistan.

Une déclaration confuse qui laisserait penser qu'il a agi seul. "C'est une certaine frange de jihadisme qui sont relativement fragiles, soit fragile psychologiquement, soit par leur statut et qui à un moment donné vont passer à l'attaque, ça ressemble plutôt à ces séries d'attentats au couteau qu'on a eues depuis 2017-2018", explique Hugo Micheron, chercher à l'École nationale supérieure. Cinq proches du suspect sont toujours en garde à vue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers et des secours a proximité du lieu d\'une attaque à l\'arme blanche à Paris, le 25 septembre 2020.
Des policiers et des secours a proximité du lieu d'une attaque à l'arme blanche à Paris, le 25 septembre 2020. (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)