Cet article date de plus de quatre ans.

Attentat raté des Champs-Elysées : un gendarme témoigne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Attentat raté des Champs-Elysées : un gendarme témoigne
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions
Quatre jours après l'attentat raté sur les Champs-Elysées à Paris, l'un des gendarmes visés par l'assaillant témoigne pour la première fois et revient sur les événements.
L'adjudant-chef David qui témoigne ce vendredi 23 juin est le premier à être intervenu après la collision avec la voiture de l'assaillant, sans savoir qu'il venait d'être la cible d'un terroriste. "Au départ, on pense réellement à un simple accident. Moi, je fracture la vitre à l'avant, j'essaie de rentrer puis je me saisis de l'individu qui était à l'intérieur, puis je l'extrais avec un camarade", raconte-t-il. "Ça se passe très rapidement. On n'a pas le temps de réfléchir". À ce moment-là, le gendarme ne sait pas encore que la voiture de l'assaillant contient un arsenal de guerre, et qu'elle peut exploser à tout moment.

"Une bonne étoile au-dessus de nos têtes"

Ce n'est qu'une fois rentré chez lui que l'adjudant-chef David prend conscience de la portée de son intervention. "On réalise que oui, ça aurait pu être plus grave", reconnaît-il. Et d'ajouter : "Les premiers mots qu'on a eus entre nous, c'était de se dire qu'on avait quand même une bonne étoile au-dessus de nos têtes". Après la découverte de nombreuses armes chez Adam Djaziri, fiché S et malgré tout autorisé à en détenir légalement certaines, Emmanuel Macron a évoqué hier lors de son déplacement à Bruxelles (Belgique), un "dysfonctionnement". Il a appelé le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, à proposer sous huit jours une évolution de la loi à ce sujet. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attaque de gendarmes sur les Champs-Elysées

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.