VIDEO. Polémique à Nice : "C'est la justice" qui doit établir la vérité "et personne d'autre" estime François Hollande

Depuis Vincennes où il rencontrait des militaires de l'opération Sentinelle, le président a réagi à la polémique mettant en cause le gouvernement, autour du dispositif de sécurité à Nice, le soir de l'attentat du 14 juillet.

FRANCETV INFO

"C'est la justice" qui doit établir la vérité et "personne d'autre", a affirmé lundi 25 juillet le président François Hollande, en référence à la polémique sur le dispositif de sécurité à Nice le soir de l'attentat du 14 juillet"Il ne peut pas y avoir de polémique ou d'affrontement. C'est pourquoi le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ont eu raison d'en appeler à la dignité, la responsabilité, tout en garantissant la transparence", a déclaré le chef de l'Etat, en visite auprès de militaires de l'opération Sentinelle à Vincennes (Val-de-Marne).

Des mesures financières en faveur des militaires mobilisés

Le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé de "nouvelles mesures", notamment financières, en faveur des militaires qui participent à cette opération. Il a dit avoir décidé avec le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian "de nouvelles mesures complémentaires de l'amélioration de la condition du personnel militaire afin de prendre en compte les conséquences de l'engagement supplémentaire" qui leur est demandé. "A travers notamment la revalorisation de l'indemnité de sujétion spéciale d'alerte opérationnelle et également pour compenser les permissions" supprimées, a-t-il ajouté sans préciser le budget pour financer ces mesures.

Le président François Hollande, le 21 juillet à l\'Elysée à Paris.
Le président François Hollande, le 21 juillet à l'Elysée à Paris. (MAXPPP)