Cet article date de plus de deux ans.

Un détenu poursuivi dans l'enquête sur l'attentat de Nice se suicide en prison

Aleksander Hasalla, 38 ans, "a été retrouvé pendu avec un lacet dans sa cellule" de la prison de Fleury-Mérogis, selon le parquet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un mirador de la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), le 19 janvier 2018. (JULIEN MATTIA / NURPHOTO / AFP)

Un détenu mis en examen dans l'enquête sur l'attentat de Nice s'est suicidé, vendredi 8 juin, à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne). Aleksander Hasalla "a été retrouvé pendu avec un lacet dans sa cellule", a expliqué à l'AFP le parquet d'Evry, confirmant une information de Libération, mardi 12 juin.

Il était seul dans sa cellule

L'homme de 38 ans était mis en examen pour "complicité d'association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste" et pour "infraction à la législation sur les armes en lien avec une entreprise terroriste". Il était soupçonné d'avoir fait partie de la chaîne qui a fourni en armes le Tunisien Mohamed Lahouaiej Bouhlel, qui a tué 86 personnes et en a blessé 450 autres au volant d'un camion, le 14 juillet 2016 à Nice.

Incarcéré depuis décembre 2016, Aleksander Hasalla était seul dans sa cellule, mais il n'était pas à l'isolement. Sa détention provisoire "venait d'être prolongée début juin", a précisé le parquet. Il s'agit du deuxième détenu incarcéré pour des faits de terrorisme qui se suicide en détention. En 2015, Yassin Salhi, lui aussi incarcéré à Fleury-Mérogis après avoir décapité son patron et attaqué un site gazier en Isère, avait mis fin à ses jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.