Barack Obama, Justin Trudeau... Les leaders du monde entier rendent hommage aux victimes de l'attaque de Nice

Le président américain a assuré, dans la nuit de jeudi à vendredi, avoir offert à la France l'aide des Etats-Unis "pour enquêter et traduire en justice les responsables" de cette attaque qui a fait au moins 70 morts.

Le président américain, Barack Obama, lors d\'une cérémonie en hommage aux victimes de la fusillade de Dallas (Etats-Unis), le 12 juillet 2016.
Le président américain, Barack Obama, lors d'une cérémonie en hommage aux victimes de la fusillade de Dallas (Etats-Unis), le 12 juillet 2016. (MANDEL NGAN / AFP)

De partout dans le monde, les messages de solidarité commencent à affluer, après l'attaque au camion survenue à Nice (Alpes-Maritimes), jeudi 14 juillet. "Nos pensées et nos prières vont aux familles et aux proches des victimes, et nous souhaitons un rétablissement rapide aux nombreux blessés", écrit Barack Obama dans un communiqué. Le président américain assure avoir demandé à ses équipes de se mettre en relation avec les autorités françaises : "Nous avons offert toute l'aide dont elles auraient besoin pour enquêter et traduire en justice les responsables."

En ce 14-Juillet, nous nous rappelons de la résilience extraordinaire et des valeurs démocratiques qui ont fait de la France une source d'inspiration pour le monde entier. Nous savons que le caractère de la République français perdurera longtemps après [cette tragédie].Barack Obamadans un communiqué

>> DIRECT. Attaque au camion à Nice : un nouveau bilan fait état d'au moins 80 morts

Dans un message publié sur Twitter, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, se dit "bouleversé" par l'attaque. "Tristesse et émotion profondes, écrit le Premier ministre belge, Charles Michel. Toutes mes pensées pour les victimes de cet acte odieux et nos amis français." "Quel acte barbare", réagit Xavier Bettel, le chef du gouvernement luxembourgeois.

"Un tragique paradoxe"

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, évoque pour sa part un "tragique paradoxe" : "Que les cibles de l’attaque [de Nice] soient les gens qui célébraient liberté, égalité, fraternité."