Nice : une cible connue

La ville d'Alpes-Maritimes est présentée comme un des principaux foyers de radicalisation. C'est également de cette région que sont originaires de nombreux jihadistes français présents en Syrie et Irak.

Février 2015 : la ville de Nice est la cible d'un attentat. Moussa Coulibaly, jeune musulman radicalisé, avait attaqué au couteau 3 militaires en faction devant un centre culturel juif de la ville. Nice se savait donc particulièrement ciblée. Les autorités avaient mis en place des dispositifs de sécurité très avancés, notamment lors de l'Euro 2016. Portes de contrôle, détecteurs de métaux, caméras, nombreux agents de sûreté. La fan zone se voulait comme étant la plus sécurisée de France.

Soixantaine de jeunes partis pour la Syrie

La ville a aussi un important réseau de vidéosurveillance. 1 257 caméras filment 24h/24 et 7j/7. C'est la ville la plus équipée du pays. La municipalité a même testé des caméras à reconnaissance faciale. Car les autorités le savent : des filières jihadistes sont implantées depuis des années sur la Côte d'Azur. Dès 2001, des réseaux d'Al-Qaïda sont découverts. En 2005, c'est une filière irakienne qui est démantelée. En 2012, une trentaine de jeunes en partance pour l'Afghanistan est arrêtée. Depuis, plus d'une soixante de personnes serait partie en Syrie de Nice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le camion qui a foncé sur la foule, sur la promenade des Anglais à Nice, au lendemain de l\'attaque, le 15 juillet 2016. 
Le camion qui a foncé sur la foule, sur la promenade des Anglais à Nice, au lendemain de l'attaque, le 15 juillet 2016.  (MAXPPP)