Mont-Saint-Michel : les vacances malgré tout

Avec ses 2,5 millions de visiteurs chaque année, le Mont-Saint-Michel est un des sites les plus fréquentés du pays. Une trentaine de militaires est venue renforcer les moyens de sécurité mis en place.

France 2

C'est une procédure inhabituelle devant le Mont-Saint-Michel (Manche) : chaque touriste est fouillé avant de passer la grande porte, sous la surveillance des gendarmes. Depuis les attentats de Nice, une section de chasseurs alpins venus de Grenoble patrouille également. Le monument le plus visité de Normandie est sous haute surveillance. Pour ces pèlerins, difficile d'avoir l'esprit tranquille. "C'est vrai qu'on s'est inquiété avec les enfants, mais on s'est dit qu'il fallait continuer à vivre", explique cet homme. 

Pas d'événements annulés

Une ambiance qui touche aussi la fréquentation de l'abbaye. Depuis novembre, elle a chuté : 40 000 visiteurs en moyenne. "Les tours opérateurs prennent acte de la désaffection de leurs clients pour une destination française", souligne Xavier Bailly, administrateur de l'abbaye du Mont-Saint-Michel. L'inquiétude sécuritaire est dans tous les esprits, mais au Mont-Saint-Michel, aucun des événements prévus cet été n'a été annulé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des visiteurs se rendent au Mont-Saint-Michel, dans la Manche, le 13 août 2014.
Des visiteurs se rendent au Mont-Saint-Michel, dans la Manche, le 13 août 2014. (MIGUEL MEDINA / AFP)