Cet article date de plus de sept ans.

Le corps de l'auteur de l'attentat de Nice rapatrié en Tunisie

Le corps de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a été transféré au centre de médecine légale d'un hôpital de Tunis.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La carte de résident du terroriste de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. (AFP)

Le corps de l'auteur de l'attentat de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, a été rapatrié vendredi dernier en Tunisie, a rapporté lundi 3 juillet Nice-Matin. Il a été transféré au centre de médecine légale de l'hôpital Charles-Nicolle de Tunis, a confirmé à franceinfo le porte-parole du tribunal de Tunis chargé des affaires de terrorisme. Agé de 31 ans et installé en France depuis 2007 après son mariage avec une cousine franco-tunisienne, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était originaire de M'saken, dans l'est de la Tunisie.

C'est la famille de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel qui a payé les frais de rapatriement, a indiqué le ministère tunisien des Affaires étrangères joint par franceinfo. "C'est un criminel qui a fait du mal à l'image du pays, l'État tunisien ne veut donc pas payer pour son rapatriement", a commenté l'un de ses représentants. En revanche, les autorités ne précisent pas si le corps a été inhumé.

Un rapatriement près d'un an après l'attentat

Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait été abattu par des tirs de la police après avoir foncé avec un camion dans la foule venue voir le feu d'artifice du 14 juillet sur la Promenade des Anglais l'an dernier. Connu uniquement pour des faits de violence, il n'était pas surveillé. L'attentat a fait 86 morts et plus de 450 blessés.

Durant la campagne électorale, un candidat aux législatives peu connu s'était ému de la rumeur voulant que ce Tunisien ait été inhumé à Nice, aux côtés des victimes. Interrogé lundi matin, le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre avait démenti cette rumeur. Le parquet parisien qui supervise l'enquête sur l'attentat n'a pas souhaité communiquer sur les raisons pour lesquelles le corps est resté à Nice près d'une année.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.