Dispositif de sécurité à Nice : le préfet nie les accusations de Libération

Ce 21 juillet, Libération affirme que l'accès à la zone piétonne sur la promenade des Anglais n'était pas sécurisé à Nice (Alpes-Maritimes). Une conférence de presse a été donnée par la Direction départementale de la sécurité publique en réponse à ces accusations.

FRANCE 3

Les pouvoirs publics réfutent formellement les accusations et mises en cause du journal Libération qualifiées de "polémiques injustes et injustement blessantes". "Pour le préfet, il y a simplement eu répartition normale des tâches entre la police nationale et municipale dans les différents secteurs qui avaient été convenus à l'avance lors des réunions préparatoires", explique Clément Weill-Raynal, envoyé spécial à Nice (Alpes-Maritimes).

Souci de transparence

Pour autant, les pouvoirs publics disent comprendre l'émotion de l'opinion publique et leurs interrogations légitimes d'où cette conférence de presse organisée dans un souci de transparence. "Des explications cartes à l'appui sont en train d'être données par le directeur départemental de la sécurité publique sur la réalité du dispositif de sécurité qui avait été mis en place le 14-juillet sur la promenade des Anglais", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les préfet des Alpes-Maritimes Adolphe Colrat, jeudi 21 juillet 2016 lors d\'une conférence de presse organisée à Nice.
Les préfet des Alpes-Maritimes Adolphe Colrat, jeudi 21 juillet 2016 lors d'une conférence de presse organisée à Nice. (VALERY HACHE / AFP)