DIRECT. Attentat de Nice : 12 personnes "luttent encore pour leur vie"

François Hollande l'a indiqué, vendredi, à l'issue d'un conseil de défense. 

Devant l\'hôpital Pasteur à Nice (Alpes-Maritimes), où sont pris en charge des blessés de l\'attentat, le 19 juillet 2016. 
Devant l'hôpital Pasteur à Nice (Alpes-Maritimes), où sont pris en charge des blessés de l'attentat, le 19 juillet 2016.  (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Douze personnes "luttent encore pour leur vie" huit jours après l'attentat de Nice, qui a fait 84 morts, a indiqué François Hollande à l'issue d'un conseil de défense, vendredi 22 juillet. A l'issue de ce conseil, le président a notamment annoncé que la France allait mettre à disposition des forces irakiennes des "moyens d'artillerie" pour lutter contre le groupe Etat islamique. 

Toujours pas de troupes au sol mais des moyens d'artillerie. Il seront sur place, à disposition des forces irakiennes, "le mois prochain", a précisé le président de la République."Nous ne déployons pas de troupes au sol" pour combattre en Syrie ou en Irak, a-t-il répéré, rappelant que le porte-avions français serait dans la région en septembre, ce qui permettra d'intensifier les attaques.

Hollande réitère "toute sa confiance" à Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur est mis en cause dans l'organisation du dispositif de sécurité du 14 juillet à Nice. "Toute la transparence sera établie sur le déroulement des faits et des préparatifs", a promis le chef de l'Etat, en réponse aux accusations de Libération sur le dispositif policier ce soir là. 

Cinq personnes mises en examen. Le volet judiciaire a avancé avec la mise en examen et le placement en détention provisoire de cinq personnes, en contact avec le tueur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NICE

16h51 : Après l'attaque de Nice, la question du maintien des fêtes de Bayonne s'est posée. Finalement, elles auront bien lieu, mais avec un dispositif de sécurité renforcé. Les précisions de francetv info.

(GAIZKA IROZ / AFP)

16h34 : Face au problème sécuritaire, Jean-François Copé veut "réarmer la France". Le candidat à la primaire de la droite prône le recrutement massif de forces de l'ordre et le recrutement des fonctionnaires avec des contrats de courte durée.

(EUROPE 1 / DAILYMOTION)



15h15 : Reportage à Nice une semaine après l'attentat du 14 juillet où beaucoup de Niçois ont besoin de revenir sur la promenade des Anglais pour évacuer ce souvenir, comme un pèlerinage.


(FRANCE 2)

14h24 : Lors de sa déclaration, François Hollande a fait une allusion au débat politique houleux autour de l'Etat d'urgence et de l'idée de placer les personnes fichées S en rétention administrative, acte contraire à la Constitution. Le chef de l'Etat a estimé que "ce serait nous perdre et perdre la bataille contre le terrorisme".

(FRANCETV INFO)

13h40 : La France va mettre à disposition des forces irakiennes des "moyens d'artillerie" vient d'annoncer François Hollande. Le président précise que "nous ne déployons pas de troupes au sol". Voici sa déclaration.

(FRANCETV INFO)

13h32 : La justice a demandé à la ville de Nice de détruire l'ensemble des enregistrements des caméras de vidéosurveillance qui ont filmé l'attentat du 14 juillet, afin d'éviter la diffusion de ces images "profondément choquantes". Mais la municipalité s'y oppose. Pour comprendre les arguments des deux parties, voici notre article.

13h15 : "Je lance un appel aux Français pour qu'ils fassent bloc, qu'ils soient unis et forts, c'est ainsi que nous remporteront la victoire."

13h11 : Au cours de cette intervention qui vient de prendre fin, François Hollande a également déclaré que "l'islam a sa place dans la République" mais "l'islamisme (...) est notre ennemi".

13h13 : "Le porte-avion Charles de Gaulle sera déployé fin septembre pour intensifier nos frappes en Irak et en Syrie."

13h08 : "Il ne s'agit pas de changer la nature de l'intervention, il ne s'agit pas d'un changement opérationnel. Nous soutenons nos alliés en Irak et en Syrie mais nous ne déployons pas de troupes au sol."

13h08 : "J'ai pris la décision ce matin de mettre à la disposition des forces irakiennes des moyens d'artillerie", annonce François Hollande.

13h04 : "Les terroristes veulent nous diviser, nous faire porter atteinte à l'État de droit, nous pousser à la discrimination (...) manquer à la Constitution, ce serait nous perdre et perdre la bataille contre le terrorisme."

13h20 : "L'état d'urgence avait vocation à être suspendu, mais après l'attentat de Nice et au vu de la menace élevée, il a été prolongé de six mois. Mais l'état d'urgence de nous prémunit pas de tout. J'ai donc décidé de porter à 10 000 le nombre de militaires pour protéger les festivités de cet été."

13h00 : "Toute la vérité sera faite, toute la transparence sera établie sur le déroulement des faits. Le rapport de la police sera publié la semaine prochaine."

13h00 : Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, "a toute ma confiance", assure François Hollande.

12h58 : La menace terroriste "va durer", prévient le président de la République. "Nous devons nous défendre, nous protéger, sur notre sol", déclare François Hollande.

12h56 : "Douze personnes luttent encore pour leur vie", annonce François Hollande.

12h56 : François Hollande s'exprime actuellement depuis l'Elysée à l'issue du 4e conseil de défense depuis l'attentat de Nice.

09h33 : Franck, 49 ans, a tenté d'arrêter Mohamed Lahouaiej Bouhlel avec son scooter. Une pétition a été lancée en ligne, hier soir, pour que la Légion d'honneur lui soit attribuée, ainsi qu'à Gwenaël et Alexandre, deux autres héros de cette soirée macabre.

09h14 : Neuf jeunes sur dix déclarent ne pas avoir peur, après l'attentat meurtrier qui a frappé Nice. Selon une enquête OpinionWay pour 20 Minutes, pour 54% des 18 à 30 ans, le plus important est de "mieux profiter de la vie et de se faire plaisir" dans ce contexte de menace terroriste.

08h05 : Face au risque terroriste, faut-il annuler les événements culturels ou festifs prévus cet été ? Depuis l'attentat de Nice le soir du 14-Juillet, les organisateurs de concerts, festivals, et autres manifestations populaires s'interrogent sur le maintien ou non de ces rassemblements. Je vous raconte le dilemme auquel ils font face.




(MAXPPP)

07h03 : L'attentat de Nice continue de faire la une de la presse, une semaine après le drame. La Voix du Nord rend hommage aux victimes dans un supplément de huit pages.

07h10 : C'est l'heure de notre revue de presse. Libération répond à Bernard Cazeneuve, qui a interrogé la déontologie des journalistes et qualifié de "contre-vérité" une enquête parue la veille dans le journal, affirmant que le dispositif de sécurité mis en place sur la promenade des Anglais, lors de l'attentat, n'était pas exactement celui annoncé par le gouvernement. Aujourd'hui, Libération se défend d'avoir "remis en cause le travail des fonctionnaires en première ligne ce soir-là" et répond "point par point aux accusations du ministère de l'Intérieur." C'est à lire, ici.

09h02 : Cinq suspects ont été mis en examen dans l'enquête sur l'attentat de Nice. Le procureur de Paris a affirmé, hier, que Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait préparé son projet "plusieurs mois avant" de passer à l'acte. Le tout avec la complicité de plusieurs personnes. Trois des suspects sont mis en examen pour complicité d'assassinat en bande organisée en vue d'une entreprise terroriste. Les deux autres sont soupçonnés d'avoir fourni une arme au tueur de Nice.