Comment le camion a-t-il pu circuler sur la promenade des Anglais pourtant fermée à la circulation ?

Si un dispositif de sécurité encadrait les spectateurs du feu d'artifice du 14-Juillet, le périmètre n'a pas suffi à empêcher le poids lourd de foncer dans la foule.

Le camion qui a servi à perpétrer l\'attentat de Nice, photographié le 15 juillet 2016 sur la promenade des Anglais.
Le camion qui a servi à perpétrer l'attentat de Nice, photographié le 15 juillet 2016 sur la promenade des Anglais. (VALERY HACHE / AFP)

En fonçant dans la foule qui venait d'assister au feu d'artifice, jeudi 14 juillet, sur la promenade des Anglais à Nice, l'auteur de l'attaque n'a pas frappé une cible sans protection. Le rassemblement était encadré par un dispositif de sécurité et la promenade était en partie fermée à la circulation.

"Comment est-il possible qu'un jour de 14-Juillet, alors qu'il y a des milliers de personnes sur la promenade des Anglais, un camion puisse pénétrer dans ces conditions ?", s'est interrogé le président de la région Paca, Christian Estrosi, vendredi matin, sur France 2.

>> Suivez notre direct consacré aux suites de l'attentat de Nice

La sécurité des "points sensibles" assurée par la police nationale

"La police nationale était présente et très présente sur la Promenade des Anglais, a répondu Bernard Cazeneuve à Christian Estrosi, samedi 16 juillet. Elle est intervenue immédiatement après que le camion a franchi les obstacles pour mettre le plus rapidement possible fin à cette tuerie."

"Si une des autorités, l'État ou la municipalité, avait considéré à un moment que le niveau de sécurité n'était pas réuni, l'État comme la municipalité pouvaient décider de procéder à l'interdiction des festivités entourant le 14 juillet, ce qui n'a pas été le cas", a ajouté le ministre de l'Intérieur.

La sécurité des "points les plus sensibles" de la promenade des Anglais était confiée à des agents de la police nationale, avec le soutien de la police municipale, a précisé la préfecture des Alpes-Maritimes dans un communiqué, samedi. "Ce dispositif était complété jeudi soir par l'engagement de 20 militaires, soit 5 patrouilles, dans le cadre de la mission Sentinelle", a-t-elle ajoutant, notant que "Nice est l'une des villes de France les mieux couvertes par le dispositif Sentinelle".

Le camion a "forcé le passage"

Pour le feu d'artifice, une partie de la promenade des Anglais était réservée aux piétons, et la circulation était fermée depuis 15 heures par des barrières. Mais cette zone piétonne ne débutait qu'au niveau du boulevard Gambetta, soit à moins de 500 mètres de l'hôtel Westminster devant lequel le camion a terminé sa course. Celui-ci, qui serait entré sur la promenade des Anglais par la rue Lenval, aurait donc effectué les trois-quarts de son parcours de deux kilomètres sur la promenade, dans une partie ouverte à la circulation.

Le parcours du camion utilisé lors de l\'attentat de Nice sur la promenade des Anglais, jeudi 14 juillet, et la délimination de la zone interdite à la circulation.
Le parcours du camion utilisé lors de l'attentat de Nice sur la promenade des Anglais, jeudi 14 juillet, et la délimination de la zone interdite à la circulation. (FRANCETV INFO)

L'interdiction d'accès à la Promenade des Anglais, au point d'entrée du camion, était "matérialisée par le positionnement de véhicules [de police] bloquant l'accès à la chaussée", a indiqué la préfecture des Alpes-Maritimes. Le poids-lourd "a forcé le passage en montant sur le trottoir".

Le terroriste a "pulvérisé facilement le barrage" pour pénétrer dans la zone réservée aux piétons, selon Anthony Borré, directeur de cabinet du président de la région Paca. Pour arrêter ce camion de 19 tonnes "lancé à 90 km/heure, il aurait fallu un mur de béton", a-t-il souligné. "Or il fallait laisser passer les secours." En tout, "il s'est passé 45 secondes entre le moment où [Mohamed Lahouaiej-Bouhlel] a pénétré dans la zone interdite et le moment où il a été abattu".