Attentat de Nice : la polémique continue

Droite et gauche s'affrontent sur fond de polémique autour de la vidéosurveillance, lors de l'attentat de Nice, le 14-juillet qui a fait 84 victimes.

France 2

Quand s'arrêtera la polémique entre Manuel Valls et Christian Estrosi ? Le ton monte un peu plus chaque jour. Le Premier ministre, qui défend bec et ongles son ministre de l'Intérieur, accuse ce lundi 25 juillet au matin la droite de manipulation : "ceux qui mènent ces polémiques (...) mettent en cause le préfet, le travail des policiers, le travail du procureur. En mettant en cause ceux qui incarnent l'État, on met en cause l'État de droit et on s'attaque à la République."

Laisser faire la justice

L'ancien maire de Nice se défend de toute manoeuvre : "nous n'instrumentalisons rien, nous exigeons que des réponses soient apportées (...) il faut que l'État cesse de faire obstruction à l'éclatement de la vérité." Sandra Bertin a fermé ce lundi matin ses comptes sur les réseaux sociaux, mais d'anciens messages révèlent une sympathie pour la droite. Ce matin, même François Holalnde est monté au créneau pour refuser "les polémiques" rappelant que seule la justice peut établir la vérité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l\'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 19 juillet à l\'Elysée à Paris.
Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 19 juillet à l'Elysée à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)