Attentat de Nice : entre colère et recueillement

Quatre jours après l'attaque au camion qui a fait au moins 84 victimes à Nice jeudi 14 juillet, des milliers d'anonymes étaient réunis sur la promenade des Anglais, ce lundi.

France 2

Après l'attentat de Nice qui a fait au moins 84 victimes et de nombreux blessés jeudi 14 juillet, des milliers de personnes s'étaient donnés rendez-vous sur la promenade des Anglais, ce lundi 18 juillet. Mais on sentait une certaine colère froide, explique Olivier Théron, sur place. "Ce rassemblement a bien commencé ce lundi matin, il y avait de la ferveur, les Niçois ont passé leur journée à honorer leurs victimes. Pompiers et policiers ont été longuement applaudis", témoigne-t-il.

Une chaîne humaine

Mais lorsque les politiques et Manuels Valls sont arrivés, "la concorde a laissé place à la colère", poursuit le journaliste. La colère était dirigée contre le gouvernement, mais aussi contre l'islamisme radical, avec une grande tentation de stigmatiser toute une population. "Ce lundi soir, la solidarité reprendra le dessus : une chaîne humaine est organisée pour déplacer toute les chapelles ardentes de la promenade des Anglais et enfin la rendre aux voitures", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme se recueille devant le mémorial aux victimes de l\'attentat de la promenade des Anglais, à Nice, le 16 juillet 2016.
Une femme se recueille devant le mémorial aux victimes de l'attentat de la promenade des Anglais, à Nice, le 16 juillet 2016. (GIUSEPPE CACACE / AFP)