Attentat à Nice : "Un mode opératoire préconisé par l'État islamique"

En direct sur le plateau de France 3, Olivier Martin explique le caractère terroriste de l'attaque, qui a eu lieu à Nice (Alpes-Maritimes), jeudi 14 juillet.

France 3

"À cette heure, l'attentat n'a pas été revendiqué, mais ce qu'il y a de troublant, c'est le mode opératoire", explique Olivier Martin, sur le plateau de France 3. C'est un mode opératoire déjà préconisé, recommandé par l'État islamique. "Souvenez-vous de ce type de consignes formulées par l'organisation terroriste : 'Frappez en France, si vous ne pouvez pas faire sauter une bombe, prenez un couteau, prenez un véhicule, foncez dans la foule'. Il semble que ce scénario se soit produit hier", poursuit le journaliste. 

"Pas de préparations" 

"Ce scénario était redouté par le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). En mai dernier, il s'était dit persuadé de la montée en puissance de l'organisation Etat islamique en passant au stade des véhicules piégés. Hier, le camion n'était pas piégé, c'était un camion bélier. [...] Ce mode opératoire est d'autant plus inquiétant, car il nécessite peu de préparations et peu de logistiques. Pas besoin de manipuler des explosifs ou des armes de guerre. Il permet d'être indétectable des services de renseignements", indique Olivier Martin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers près du camion blanc qui a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), le 14 juillet 2016.
Des policiers près du camion blanc qui a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), le 14 juillet 2016. (VALERY HACHE / AFP)